• Va comprendre...

    Il est de plus en plus clair que je suis plus douée pour écrire que pour parler. Cela ne veut pas dire que je suis très douée pour écrire mais que je ne suis vraiment pas douée pour parler. Un peu con quand on fait un métier comme le mien...

    Oh, je sais parler. Evidemment. Je peux même être bavarde. Parfois. Mais, parler pour dire des choses importantes, graves, sérieuses, intimes, qu'est-ce que c'est difficile ! Je me doute bien que je ne suis pas la seule dans ce cas. En fait, c'est bizarre mais même lorsque j'y suis invitée, je ne parviens pas à parler de certaines choses. Je bloque. Peut-être parce que les mettre en mots et laisser ces mots s'échapper rendrait les choses encore plus réelles et donc plus difficiles à gérer. 

    Là, finalement, c'est comme si je protégeais ce "secret" en l'empêchant de devenir trop réel. Je me demande ce qui se passerait si je le délivrais. En effet, l'autre jour, j'ai laissé s'échapper une pensée que j'avais depuis longtemps et, après, je me suis sentie plus mal... entendre ces mots m'a presque effrayée. Je me suis empressée de les remballer dans leur cocon, d'où ils n'auraient jamais dû sortir. Cette idée n'est qu'une idée et doit le rester...

    Alors, les autres, les plus graves, les plus sombres, il ne faudrait surtout pas les libérer ! Il arrive qu'elles frappent à la porte, qu'elles cognent même très fort. Mais j'ai planqué la clé. Elles ne sortiront pas. Enfin, je ne crois pas. J'ai peur d'elles, il me semble. Là, tant qu'elles sont bien calées dans ma tête, enfermées dans une boîte plus ou moins hermétiques, elles ne risquent pas de faire de dégâts. 

    Je m'étais dit qu'il serait bon de les laisser sortir. J'y croyais vraiment. A l'écrit, je les ai esquissées, en poésie (ici). Elles passent mieux comme ça. Elles sont déguisées et elles ont l'air plus belles, plus douces et moins dangereuses. Elles portent leur masque du "pas grave".

    Mais à force de les entendre hurler, j'en ai eu marre. Je me suis dit qu'il fallait qu'elles sortent telles qu'elles sont vraiment, avec leur vrai visage. Sauf que ce n'est pas encore possible. Je les ai encore et encore maquillées, tellement qu'elles ne ressemblent plus à rien. Elles auraient presque l'air sympa et anodines vues comme ça. Elles feraient presque sourire. Même moi, lorsque je les entends courir comme ça, hors de moi, avec leur costume de fête, je me marre. Je me dis qu'elles sont plutôt réussies. Eloignées de leur terrible réalité. Du coup, elles ont tellement l'air inoffensif qu'il est impossible de les comprendre et de me comprendre. Et donc de m'aider à les gérer telles qu'elles sont vraiment. 

    Que deviendrons-nous, mes fantômes et moi ? Je l'ignore pour le moment. Ils ont repris leur place dans mon esprit et les courants d'air qu'ils déplacent me font encore et toujours aussi froid dans le dos. Je me contente de mettre un manteau supplémentaire pour étouffer tout ça et d'attendre le moment où, de gré ou de force, il faudra bien les extirper de mon cerveau peut-être un peu dérangé. 

    « Sauras-tu cocher la bonne option ?Travailler moins pour vivre plus. »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 5 Septembre 2014 à 20:37

    Ben t'as qu'à parler en poésie pour voir... sarcastic

    2
    Vendredi 5 Septembre 2014 à 20:38

    Déjà un peu fait... 

    3
    Vendredi 5 Septembre 2014 à 23:51
    Cerise violette

    Donne-leur la liberté de se promener quand elles l'auront décidé . Un jour sans vent , sans canicule, sans orage , sans trombes d'eau , il leur viendra à l'idée d'aller voir comment çà se passe dehors . et de découvrir si on les tolère ou non . Si elles sont aimables ...Si elles trouvent leur alter ego . 

    Bise s

    4
    mel
    Samedi 6 Septembre 2014 à 22:40

    Cà me parait lourd à porter pour toi. Ne trouverais tu pas quelqu'un pour en parler ? Je préfère dire les choses, j'essaie, pas à tout le monde. Mais quand ça ronge, je préfère le dire.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :