• Une nouvelle espèce dangereuse (pour les nerfs, au moins !)

    Qu'est-ce que le Trollinours ? Ah, ah. Vous aimeriez le savoir, hein, petits curieux ! Je vais vous expliquer. C'est tout simplement le croisement hasardeux d'un troll et d'un bisounours. Cette combinaison a été largement facilitée par le web. Cet hybride sévit particulièrement dans le milieu enseignant. 

    Mode de vie : souvent prof, le trollinours adooooore son métier. C'est une véritable vocation qu'il aimerait d'ailleurs pratiquer bénévolement. A ce titre, il se permet de critiquer les enseignants qui ont le malheur de trouver leur salaire un peu trop bas... ou du moins, pas assez haut. Il aime ses élèves, leur pardonne tout, même le pire, parce qu'ils sont jeunes, fatigués, ennuyés, parce qu'ils doivent subir les méchants profs qui ne connaissent pas la bienveillance, parce qu'ils ont des problèmes familiaux... Le Trollinours est un adepte éclairé (et allumé) de la bienveillance (envers les élèves) à tout va. 

    Mode d'attaque (mode malveillance :ON) : répète à longueur de temps que les profs ont de la chance, qu'ils ont d'énormes privilèges. Exècre les profs qui osent dire que leurs conditions de travail ne sont pas plus idylliques que celles des autres corps de métier. On sent d'ailleurs chez le Trollinours une forme de complexe encore inexpliqué : il semble avoir honte de profiter ainsi du système et se sent coupable d'être parfois fatigué alors qu'il exerce un métier si merveilleux. Le Trollinours devient agressif envers les autres formes de profs dès qu'il les entend se plaindre. Sur le web, il se lâche et répète à qui veut l'entendre que les profs sont des grosses feignasses surpayées qui font de la merde (sauf lui !). 

    Autre bizarrerie : le Trollinours prétend souvent avoir exercé avant dans le secteur privé et donc, c'est avec sagesse et expérience qu'il peut se permettre d'affirmer que les fonctionnaires sont des gros salopards de privilégiés de merde alors que les vrais travailleurs, eux, n'ont rien du tout : aucun avantage, pas même le salaire, c'est dire ! 

    Le Trollinours aime traiter les autres de bisounours parce qu'il a un peu honte aussi de cette part génétique qu'il a pourtant beaucoup de mal à renier. 

    Son terrain de chasse : les pages ou les forums consacrés aux profs. Evidemment. Il peut ainsi, à loisir, laisser éclater ses penchants pour l'autoflagellation mêlés de mépris pour ceux qui  contrairement à lui, ont ouvert les yeux sur les réalités d'un métier très souvent difficile. 

    Son cri d'attaque : "Arrêtez de vous plaindre", "on n'a pas à se plaindre, on a plein d'avantages", "nous sommes des privilégiés", "les autres profs sont des feignasses", "si c'est comme ça, change de boulot !"... et encore d'autres variantes sur ce même thème. 

    Pour l'éliminer : c'est difficile, je ne vous le cacherai pas. On peut y arriver avec un argument qui, en général, fait taire le Trollinours pour un moment : "Mais, dis-donc, Trollinours, comment expliques-tu la crise des vocations dans l'Education Nationale ?". Si vous tombez sur un Trollinours peu habile, ça devrait suffire à lui clouer le bec... mais, souvent, ils sont plus aguerris, malheureusement. Dans ce cas, une seule solution s'offre à vous : la fuite ! 

    Alors, faites gaffe quand même car c'est une espèce en voie de développement... et le jour où le statut des fonctionnaires sautera, je vous annonce un risque de surpopulation !

    « Petite réflexion personnelle sur le métier de prof

  • Commentaires

    1
    Tana Eireen
    Dimanche 21 Mai à 19:43

    On ne dira plus: "j'ai cru voir ou entendre un Grominet", mais gare au Trollinous ! Si je n'étais pas aussi distraite, je pencherai vers une discussion lue en fin de matinée ;) !

    2
    Dimanche 21 Mai à 19:45

    Oh, tu penches bien, toi ! cool

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :