• Tout va très bien, madame la marquise... si, si !

    Vu que tout va de pire en pire, il est important de pouvoir faire gober aux masses que tout va de mieux en mieux. Pour cela, fabriquer des crétins encore et encore. Surtout endormir la moindre étincelle d'intelligence dans l'esprit des jeunes afin qu'ils deviennent des adultes bien dociles... et contents de l'être. Du foot, du Q, de la bouffe merdique et de la télé-réalité au degré -50 de toute pensée. On y va, on y court et surtout, on garde le sourire, comme... 

    « Mon quartier d'enfanceDans la série, je suis une extra-terrestre... »

  • Commentaires

    1
    Agrum
    Jeudi 16 Avril 2015 à 13:44
    Agrum

    Et tu as oublié l'emballage de tout cela, simplement nommé "Réforme du collège"...

    2
    Jeudi 16 Avril 2015 à 14:00

    Oui... et certains qui s'enthousiasment, qui y voient un épanouissement sans égal pour l'élève et le prof... 

    3
    Agrum
    Jeudi 16 Avril 2015 à 14:47
    Agrum

    Oui, quel bonheur de "travailler autrement", de créer des équipes soudées, d'accorder au ludique la part qu'il mérite...

     

    4
    Jeudi 16 Avril 2015 à 16:29

    Effacer la notion de travail, de compétition, de réussite, c'est le bonheur. Et puis, tout le monde sait qu'être inculte ça n'apporte que des satisfactions... surtout pour ceux qui les fabriquent afin de ne pas trop être emmerdés. 

    5
    Agrum
    Jeudi 16 Avril 2015 à 16:43
    Agrum

    Les enfants de ceux qui conçoivent tout ça vont être instruits, eux. Pour les autres, des jeux. On comprend mieux maintenant le but de tout ce discours : "Les enfants sont malheureux à l'école, ils ont trop d'heures de cours..."  Le terrain a été bien préparé.  

     

    6
    Jeudi 16 Avril 2015 à 16:51

    Et comme on a déjà bien endormi pas mal des parents, ils adoreront faire de leur enfant un crétin en étant persuadé, puisqu'on le leur aura expliqué dans tous les sens, qu'il a reçu la meilleure éducation possible... Ils se gardent bien de révéler dans quelles écoles ils mettent leurs propres enfants. Pas celle de la République en tout cas.

    7
    Agrum
    Jeudi 16 Avril 2015 à 16:58
    Agrum

    En parlant de crétins, et sans faire de publicité, il faut avouer que le livre qui en évoque la "fabrique"  s'avère malheureusement juste dans ses prédictions. 

     

    8
    Aslé
    Jeudi 16 Avril 2015 à 19:18
    Aslé

    Il y avait déjà les lapins crétins mais maintenant il y aura les enfants de leurs enfants de leurs enfants de leurs enfants...crétins !

    9
    Jeudi 16 Avril 2015 à 19:36

    Mais tellement soumis, de braves petits soldats... 

    10
    Agrum
    Jeudi 16 Avril 2015 à 19:57
    Agrum

    Il faut de la main-d'œuvre pour remplir les containers. On pourra toujours aller voir les lumières des cargos la nuit. wink2

    11
    Jeudi 16 Avril 2015 à 20:04

    Oui... quand on aura fini de se concerter sur les activités ludiques et creuses qu'on aura mises en place !

    12
    Agrum
    Jeudi 16 Avril 2015 à 20:10
    Agrum

    Voilà, de la lumière pour oublier le vide... Piètre consolation. 

     

    13
    Jeudi 16 Avril 2015 à 20:16

    Oui... et dire qu'il y en a qui se gargarisent de ces nouveaux programmes... la preuve qu'on peut tout faire avaler et que plus c'est gros, plus ça passe !

    14
    Agrum
    Jeudi 16 Avril 2015 à 20:27
    Agrum

    Ça, c'est vraiment inquiétant et ça ne fait que s'amplifier, avec la tendance à s'auto-flageller en permanence. 

    15
    Jeudi 16 Avril 2015 à 20:43

    Oui parce qu'on finit par se dire que c'est peut-être nous qui voyons le mal partout... Pourtant, là, je trouve qu'on a touché le fond... et, malheureusement, je suis sûre qu'en haut, ils creusent encore !

    16
    Agrum
    Jeudi 16 Avril 2015 à 21:04
    Se remettre en question, c'est indispensable, notamment dans ce métier mais rabâcher qu'on fait mal son boulot, que les élèves ne trouvent que souffrance à l’école et que les gens qui ne sont pas du métier, élèves compris, savent mieux que nous comment faire et qu'on doit les écouter avec humilité, ça suffit.
    Quant à la suite, elle est sûrement prévue.
    17
    do de goron
    Vendredi 17 Avril 2015 à 23:45

    Dans ton article, tu as oublié les chaînes youtube où s'étale le vide.

     

    Pour en venir à la réforme, elle me donne la nausée et je désespère de ne pouvoir y échapper.

    18
    Vendredi 17 Avril 2015 à 23:58

    Pour y échapper, il faudrait un mouvement d'une importance considérable... un blocage des collèges, des écoles... et éventuellement des examens mais ça n'arrivera pas. 

    19
    do de goron
    Samedi 18 Avril 2015 à 00:08

    Non, on ne bouge jamais. Je veux bien manifester mais seule ou avec deux ou trois pelés à mes côtés....

     

    20
    Julien
    Samedi 18 Avril 2015 à 10:12

    "Effacer la notion de travail, de compétition, de réussite, c'est le bonheur." En réalité, elle ne disparaît pas. Elle devient partie intégrante de la vie des individus. Là où l'on avait une opposition assez nette entre les valeurs travail et le reste des activités personnelles, l'idée c'est d'intégrer l'individu au travail pour qu'il fasse corps avec la société (et donc pour qu'ils se rebelle encore moins). Sans cela, cela deviendrait intolérable pour lui et il se révolterait. Donc, la ludique, l'amusement sont de faux prétextes pour enfermer davantage les individus, les contraindre à accepter un monde et un mode de vie qui en réalité ne les satisferait pas s'ils s'en rendaient compte. Divertissez-vous et dormez braves gens ! Mais cela n'est pas nouveau, la société qui glorifie la valeur travail glorifie la société des loisirs, qui est en fait la même chose, une version tayloriste de la production de loisirs (de masse) faite pour endormir la grande majorité et éviter toute rébellion.

    En l'occurence la compétition n'a jamais été autant exacerbée. Elle ne se manifeste plus dans le même rapport mais dans une comparaison permanente à autrui (il a des loisirs que je ne peux avoir, il s'amuse plus que moi, il a une plus grosse voiture, il part en vacances à tel ou tel endroit et moi non, il s'éclate dans son travail...). Autrefois elle opposait les individus de manière brute et assez violente, maintenant elle diffuse un doux parfum de bonbon à la rose pour faire croire que c'est mieux ainsi.

    La réussite scolaire, dans un système scolaire, n'a jamais eu autre but que de créer des individus capables d'accepter la société productiviste dans laquelle ils sont nés. Si ce n'était pas le cas, il y aurait des armés de rebelles qui s'en prendraient violemment au système, or ce n'est pas ce qu'on observe. Ce qu'on observe, c'est que tout le monde accepte le système et redemande même une part d'aliénation en s'enfermant davantage dans le travail (quitte à lui faire donner une valeur ludique pour qu'il fasse partie intégrante de l'individu). C'est l'enfermement totalitaire complet.

    On veut certes se débarrasser de la hiérarchisation verticale (l'enseignant/enseigné, les notations à la virgule près) mais ce n'est pas dans une optique de rébellion, ni même dans un rapport révolté au système. Au contraire, les notations sont toujours là, mais elles vont se manifester dans "celui qui s'amusera le plus au boulot, celui qui sera le plus admiratif de son travail et de son prof". En réalité, on ne change rien et c'est cela qu'il faut noter, on accentue l'effet de compétition et la soif de réussite voulue par le système productiviste. La meilleure façon de changer, c'est de ne rien changer du tout disait Charbonneau et c'est un peu ce que l'on réalise. Sous couvert de bonnes intentions louables (c'est un peu comme avec le développement durable), en réalité on reproduit un schéma totalitaire qui ne dit pas son nom et qui ressemble davantage au meilleur des mondes. Et c'est d'autant plus frappant que l'on assimile généralement le système totalitaire à une violence politique et guerrière (ce qui est un cas exceptionnel et faussé). Le vrai système d'enfermement, c'est celui qui érige le ludique, l'amusement, la joie, la fête pour tous et qui ne possède même pas une once de révolte car tout le monde l'accepte sans crier gare (et ne voit pas la violence intrinsèque à l'endroit des individus).

    Au moins la société d'antan avec ce point précis qu'elle ne 'mentait' pas sur ses intentions. On voyait bien que l'on poussait la compétition, la réussite... C'était difficile et ceux qui n'étaient pas en accord avec celà pouvaient s'échapper et s'enfuir. Désormais, c'est intégré au coeur même des individus et ils ne peuvent même pas penser l'échappatoire. Enfermement total en cours...

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :