• Tempus, temporis

    C'est parce que le temps qui nous reste nous est compté qu'on passe tant de temps à compter le temps qui nous reste. Tout nous ramène à cela : le temps qu'on a perdu, le temps qu'on a gagné, le temps qu'on n'a pas vu passer, celui qui nous a semblé interminable et qu'on a cherché à tuer, le temps qu'on a donné, celui qu'on a pris, celui qu'on nous a volé, celui qu'on laisse venir, celui qui ne reviendra plus, celui qui emporte tout. Drôle de passe-temps que de compter le temps, non ? Pour arriver ou pour partir à temps, et même pendant la mi-temps, surveiller l'heure au cadran de la montre. On se dit que dans le temps, on prenait tout son temps parce qu'on avait le temps... C'était l'bon temps !

    Entre temps, que de temps perdu à le regarder filer sans jamais pouvoir l'arrêter jusqu'à ce qu'il nous emporte jusqu'au contre-temps fatal : on aura fait son temps et peut-être même qu'il était temps... qui sait ? Il ne sera plus temps de regretter le temps perdu à compter les heures qui nous restaient, il sera temps de faire le bilan de ce qu'on a bien pu faire de son temps. Et puis de temps en temps, d'autres se souviendront de nous... souvent dans un premier temps et avec le temps, le souvenir s'estompera avant de s'effacer, c'est dans l'air du temps... 

    «Le Temps n’a d’autre fonction que de se consumer : il brûle sans laisser de cendres.» Elsa Triolet

    « La dernière pageLes mots du silence »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :