• Souvenirs attention danger

    Souvenirs attention dangerOn s'illusionne. Ouais. On croit qu'on est fort et qu'on a réglé certaines choses, oublié, évaporées dans les méandres des années passées. Sur le coup, on avait cru qu'on ne s'en remettrait pas. Pendant des semaines, ça avait été difficile de s'avouer qu'on s'était planté sur toute la ligne pendant des années... ou pire, qu'on avait commis une erreur irréparable et qu'on était responsable de la rupture... Chaque jour était une lutte pour accepter la décision de l'autre de ne plus entendre parler de cette histoire ni de soi... Ruminer sans cesse les mots qu'on n'avait pas dits et ceux qui au contraire avaient échappé pour avoir l'explication tant attendue... Des instants douloureux de souvenirs, des phrases du "bon vieux temps" où tout semblait possible... Moi, j'imagine toujours qu'en discutant les choses s'arrangent. Mais, je n'ai jamais été douée pour les discussions, surtout si elles deviennent houleuses. Alors, j'avais écrit et la réponse avait été cinglante et sans appel. Même si j'avais tort, on aurait pu en parler... et je n'avais pas tort sur tout... En fait, ça a été l'excuse, sûrement...

    Et puis, il y a eu des rencontres... d'autres gens avec qui il était possible de parler et qui, peut-être ne se braqueraient pas comme il s'était braqué... Il était presque oublié... Il était oublié... Je pouvais parler de lui sans ressentir la douleur du début. Je considérais que c'était mieux comme ça, finalement... Et j'étais sincère.

    Pourtant, l'autre jour, mes collègues ont eu la charmante idée de proposer un repas dans un restaurant... le restaurant où il allait souvent, qu'il m'avait fait découvrir et où j'ai passé l'un des meilleurs mais aussi l'un des pires moments avec lui. Il m'a aussitôt paru impossible de participer à ce repas... Je n'ai même pas compris pourquoi, sur le moment... parce que je pensais que cet épisode était définitivement terminé, digéré et apaisé... Mais en fait, non... enfin, si... je crois que c'est une bonne chose qu'on ait coupé les ponts parce qu'il se foutait bien de moi et son attitude intransigeante me l'a prouvé... mais quand même... On avait passé tellement de moments complices que ce sont aussi ceux-là qui me sont revenus en entendant le nom de ce resto (qui n'y est pour rien dans le fond car, on y mange bien)...

    Ce qu'il m'a reproché n'était pas faux, pas tout à fait... et c'est aussi ça que je regrette. Les erreurs que j'ai commises à l'époque. J'ai voulu recoller les morceaux mais il n'a jamais accepté... J'ai bien essayé de me dire que c'était lui le gros con de l'affaire mais, en vrai, pas seulement lui... Il a joué avec moi, volontairement ou pas, ça, je ne le saurai jamais... Je lui ai demandé et il n'a jamais pu me répondre, évidemment... Moi, je n'étais pas très douée pour les relations humaines et je ne le suis toujours pas... Alors, on s'est croisés pendant 10 ans sans jamais se rencontrer vraiment.Et au premier clash, il s'est barré pour ne jamais revenir en arrière.

    Et depuis cette histoire de restaurant, je sais que c'est pas aussi effacé que je l'aurais souhaité... Il faut dire que depuis toutes ces années, je ne m'étais plus vraiment trouvée en situation de me souvenir de lui... sauf en entendant certaines chansons (c'est horrible les chansons pour les moments qu'on aimerait oublier) ou en passant devant chez lui (ce qui m'arrivait de moins en moins souvent)...Il est vrai que j'en parlais peu, voire pas du tout... J'ai conservé dans ma mémoires quelques souvenirs heureux que je ne ressors jamais de peur de les abîmer à la lueur d'aujourd'hui. Et, j'avais l'impression que j'avais tiré un trait sur le reste... il faut croire que non parce que, vraiment, je ne me vois pas passer une soirée dans ce resto... Quand j'y pense mon esprit s'embrouille complètement alors que ce n'est qu'un resto, après tout ! Et si j'y allais pour conjurer le sort ?

    Je vais y songer...

    Ce texte est un peu plus personnel que d'habitude... en général, j'évite... mais une fois n'est pas coutume...

    « Le point d'! n°8Chez le vétérinaire »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 15 Octobre 2012 à 20:57

    Ton histoire est moins difficile que la mienne, Béatrice. Parce qu'il y a eu rupture. Et quand il y a rupture, on se dit que quand même, le sentiment s'était peu à peu dégradé, au fil du temps. "Rupture", je pense à une corde, laquelle tient bien le coup quand elle est toute neuve, mais qui à force à force finit par lâcher.
    Cela ne réduit pas pour autant ta peine, ton amertume, ta tristesse. Je le sais. Et c'est pour ça qu'il faut éviter les endroits communs. Tu as mis Lama comme illustration, moi j'aurais mis Eddy Mitchell pour cette note, "toujours un coin qui me rappelle".
    J'ai quitté la Lozère en 1997, et depuis (alors que j'en meurs d'envie) je n'ose pas y retourner.  Car je sais que le long travail que j'accomplis depuis serait peut-être réduit à néant.
    Béatrice, ne tente pas le diable, évite "vos" endroits, crée les tiens, ce que je fais depuis.
    Je t'embrasse.

    2
    Lundi 15 Octobre 2012 à 21:44

    Oui, la chanson d'Eddy Mitchell aurait pu convenir... il y a toujours un coin ou une chanson qui me rappelle... Ça faisait longtemps pourtant.

    Bises

    3
    Agrum
    Jeudi 18 Octobre 2012 à 18:00
    Agrum

    Si je me permettais de donner mon avis, je dirais :" Vas-y" mais en bonne compagnie bien sûr, cela pourrait en effet te permettre d'avoir d'autres souvenirs, d'y associer d'autres bons moments. Catharsis...

    4
    Jeudi 18 Octobre 2012 à 19:38

    Oui mais pas sûr que la soirée soit de tout repos !

    5
    Agrum
    Jeudi 18 Octobre 2012 à 19:50
    Agrum

    Non, mais ça peut être tout bénéf au final. Enfin, c'est évidemment très subjectif de dire cela. Difficile de se mettre à la place de quelqu'un d'autre en de telles circonstances.

     

    6
    Jeudi 18 Octobre 2012 à 19:59

    Aujourd'hui, tout le monde se désistait pour demain alors, ça ne présage pas forcément du positif !

     

    7
    Agrum
    Jeudi 18 Octobre 2012 à 20:11
    Agrum

    Si c'est ça, non, en effet. Moi, je croyais que tu y allais avec tes deux collègues qui ont le même prénom.

    8
    Jeudi 18 Octobre 2012 à 20:12

    Ah non... c'est la soirée "collègues" en général... mais justement, celles avec qui je m'entends le mieux n'y vont pas non plus.

    9
    Agrum
    Jeudi 18 Octobre 2012 à 20:16
    Agrum

    Alors ça change tout. C'est le genre de soirée qui peut te filer le cafard. Je reviens sur ce que j'ai dit plus haut.

    10
    Jeudi 18 Octobre 2012 à 20:34

    Oui, voilà... Et puis, il y aura certainement d'autres occasions de passer de bons moments avec des collègues... Je serais bien sortie pour changer un peu mais, pas là et pas comme ça.

    11
    Jeudi 1er Novembre 2012 à 15:55

    Il n'y a qu'un seul endroit dans le quel je ne suis pas capable de retourner, pas tout à fait pour les même raison que toi, mais presque...

    je crois qu'il ne faut pas se forcer, faire uniquement ce dont tu te sens capable.

    la mémoire est très mystérieuse : un grand tiroire où on croit pouvoir enfouir des choses et puis, un jour, comme le diable dans sa petite boite, tout refait surface sans crier gare... il faut composer avec ça, toute sa vie...

    12
    Jeudi 1er Novembre 2012 à 16:10

    C'est exactement ça. On apprend à vivre avec tout ça mais on ne l'oublie jamais vraiment. Il faut juste apprivoiser tous ces souvenirs sinon, ils peuvent nous empoisonner la vie pour de bon.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :