• Réflexion dominicale

    Quand il m'arrive de traîner sur des pages FB de jeunes, d'ados, je lis des phrases qui se veulent très sérieuses, voire philosophiques et qui même parfois le sont... des phrases d'amour déçues ou d'amours éternelles et j'ai du mal à penser que ce sont les mêmes ados que j'ai en cours et qui semblent totalement hermétiques à la moindre once de profondeur, de poésie ou de philosophie. Qu'ils lisent une recette de cuisine ou un poème de Baudelaire, c'est pareil... pas plus d'émotion pour eux... et pourtant, sur leurs pagaes FB auxquelles ils tiennent tant, on en trouve, quelquefois, de l'émotion...

    Alors, de deux choses l'une : soit ils ne comprennent rien à ces phrases mais les copient parce que leurs meilleurs amis l'ont fait, soit, en cours, parce que c'est scolaire, ils se ferment à tout ce qui est dit. Le peu d'optimisme qui me reste me ferait pencher pour la 2e explication. Les ados sont tellement butés contre l'école que, quoiqu'on fasse, ils n'y verront jamais rien d'autre que l'école. Peut-être pas tous. Ne généralisons pas non plus... Mais, ça fait réfléchir sur le côté "ludique" que les grandes personnes qui réfléchissent au sein de l'Education Nationale voudraient nous imposer : l'enseignement dans la joie, dans le jeu, sans contrainte (ou en tout cas pas des contraintes trop contraignantes). Une sorte de "cours" discuté où les élèves s'expriment, donnent leurs sentiments, de façon informelle et naturelle... C'est joli comme théorie. Mais, c'est sans compter sur cette "hostilité" vis à vis du cours, du scolaire ou du prof (parce que, peut-être que ça fonctionne très bien avec certains profs aussi, c'est possible).

    L'autre jour, j'ai demandé à mes élèves d'écrire des phrases qui leur semblaient belles, poétiques... et j'ai obtenu très peu de choses, surtout dans une classe... rien ne leur semblait poétique, rien ne leur semblait beau... ils ne connaissaient pas de chanson, ils n'avaient pas de phrases en tête, rien, le néant. Pourtant, je suis sûre que parmi ces élèves, certains en connaissent des phrases et qu'ils auraient été capable d'une certaine profondeur... mais, on était dans le cadre de la classe, avec les autres élèves, avec la prof qui, bizarrement proposait un truc pas noté, pas cadré, pas scolaire ! Et, ils n'aiment pas ça. Moi, je ne parlais plus. Ils pouvaient s'exprimer librement (ou presque) mais non. Justement. Ce n'est pas ce qu'ils attendent d'un cours...

    On dit que les profs sont trop attachés à certaines manières ancestrales en matière de cours mais, je me demande si les élèves ne le sont pas plus encore (sans parler des parents qui ne comprennent pas qu'on ne fasse pas "comme avant"). Je ne dis pas que cette façon de faire cours en laissant la libre expression aux élèves n'est pas une bonne idée en soi. Évidemment, ce serait très bien. Sauf que les grands penseurs sachant penser ont oublié quelques détails : pour avoir une réflexion, il faut savoir réfléchir et avoir un minimum de culture (et de vocabulaire) qui, contrairement à ce qu'ils croient, nos penseurs, n'est pas innée (à la naissance, le bébé n'a pas conscience de E=MC² et si on ne le lui explique jamais, ça restera pour lui un truc bizarre sans aucun sens) et pour s'exprimer il faut avoir envie de le faire or, les ados n'ont pas envie de cela, pas en classe, pas devant un prof, pas comme ça. Ils sont conscients du contexte (prof, classe, autres élèves, notes) et n'ont pas envie de faire semblant que c'est autre chose... Ah, si, en petit comité. Ça m'arrive de voir des petits groupes d'élèves (2 ou 3) se mettre à discuter et je vois bien qu'ils ne parlent pas de leur prochain week-end, je devine qu'ils parlent vraiment du texte étudié mais si je leur demande de le faire partager à toute la classe, là, ce n'est pas possible. Ils préfèrent dire qu'ils parlaient de leur futur week-end plutôt que d'admettre qu'ils réfléchissaient au texte...

    C'est très mal connaître les ados que de penser qu'ils vont se livrer comme ça, spontanément... Pourquoi certaines classes, même dès la 3e, aiment les cours magistraux (contrairement à ce qu'on voudrait nous faire croire à nous pauvres profs) ? C'est juste parce que ça évite de réfléchir par soi-même (pour quelques uns) et surtout de s'exprimer devant la classe au risque de passer pour l'intello de service et de subir ensuite les foudres de tout le collège. Oui, il y a une paresse naturelle chez les ados, oui il y a une inculture certaine chez quelques uns mais, je crois qu'il y a avant tout cette impossibilité psychologique de l'ado à dire les choses importantes dans un contexte qui ne s'y prête pas.

    C'est aussi sans doute pour ça qu'à les entendre, en classe, ils n'ont ni souvenir, ni avenir. Juste un présent. Et encore. Un présent passif. Ils sont là et on doit s'en contenter. L'école n'est pas un lieu pour exister vraiment. C'est un lieu subi pour beaucoup qui n'a d'intérêt que parce qu'il y a les histoires des copains aux récrés. Des histoires qu'on a envie de rendre plus importantes qu'elles ne le sont parce qu'il faut bien ça pour se sentir vivant. Mais en cours, ils veulent du cours puisqu'il faut bien le supporter... et qu'on n'essaie pas trop d'aller les chercher vraiment, chercher qui ils sont... Le cadre est clair et ne doit pas changer (et ce ne sont pas les profs qui y tiennent tant que ça) : l'élève écoute (plus ou moins) le maître alors, le maître doit respecter ces rôles, dans la mesure du possible.

    Peut-être simplement les ados n'ont-ils vraiment plus rien dans le crâne à part quelques bêtises et de vagues sensations copiées de la télé-réalité ou du net... et c'est ce qui expliquerait qu'ils n'aient jamais rien à dire, qu'ils ne ressentent jamais rien face à un texte mais tellement de choses face à un pain au chocolat... Mais, je ne veux pas y croire. J'espère que mon autre théorie est plus proche de la vérité parce que sinon, c'est bien triste.

    « Printemps des poètes (2)Rendez-vous »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 24 Mars 2013 à 15:45
    José61

    Mais ma pov' dame, on ne va pas remplacer ces ados chiants par des adultes... ça serait ptet pire!

    2
    Dimanche 24 Mars 2013 à 16:17

    Va savoir !!!

    3
    Kasimyre
    Dimanche 24 Mars 2013 à 22:49

    réfléchir sur commmande pendant un cours je n'ai jamais aimé non plus quand j'étais ado - il y a fort longtemps  - coincé entre le cours de chimie  et math sortir une pensée profonde  comme ça  pas évident  ce qui n'empêchait pas de discuter même pendant la récré  ou après

    et j'ose dire  que la culture française scolaire ne se prête pas au discours libre orale, au travail en groupe
    changer ceci demandera encore du temps

    reste optimiste , les grains semés germent souvent bien plus tard et ne sont pas pour autant  perdus

    très bonne semaine  :-)

    ( ancienne enseignante de langues étrangères )  Beate

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :