• Quand on pète plus haut que son...

    C'est une question qu'on a posée à Claude François, à Joe Dassin, à Tino Rossi, à Gilbert Bécaud, à Daniel Balavoine et combien d'autres : "Pourquoi chantez-vous des chansons populaires ?". Evidemment, il faut y mettre un certain mépris, le prononcer du bout des lèvres, avec un rictus de dégoût, au risque d'être contaminé par ce "populaire" qui n'est pas convenable. Eh oui, ça ne se fait pas, on ne s'abaisse pas, en théorie, à ces bas-fonds. Surtout quand on est un journaliste parisien avec de l'ambition en veux-tu, en voilà. L'ambition de ne surtout pas -ou plus- passer pour quelqu'un de populaire. Et pourtant... combien sont-ils ces parisiens à venir du peuple ? 

    J'ai donc vu récemment des hommages à tous ces artistes cités ci-dessus et à chacun la question a été posée. Leur réponse a été intelligente -malgré l'opinion du journaliste- car ils ont expliqué qu'il n'y avait aucune honte à être populaire (là, en face, on a dû s'étouffer et faire croiser les doigts pour ne jamais tomber aussi bas) et qu'il fallait bien aussi des chansons pour distraire, détendre... 

    J'avoue que j'ai été surprise d'entendre qu'on avait aussi posé cette question stupide à Balavoine parce que j'avais l'impression qu'il ne collait pas trop au populo mais, apparemment, si, quand même. Et c'est tant mieux ! Il reste dans la mémoire collective -et populaire- grâce à cela. Sûrement. 

    C'est une spécificité idiote mais assez française, je crois... que de faire un classement dans les arts... pire, un jugement de valeur. Pour les Français, il y a différentes sortes d'artistes : les vrais, ceux qui font partie d'une certaine "classe" et puis, les autres, des bouffons incapables de faire autre chose que d'amuser le petit peuple, comme si c'était un déshonneur, une honte. Tout le monde ne peut pas ou n'a pas envie de se gaver d'art moderne en lisant le dernier écrivain dans le vent et en écoutant la dernière musique dite culturelle.

    Un peu comme chez certains profs aussi, pour qui seule la lecture de télérama et les programmes d'arte valent quelque chose, sont à leur niveau. Bien sûr il y a des intellectuels, ça, je n'en doute pas mais j'ai toujours remarqué que les vrais intellectuels intelligents étaient ceux qui ne pètent pas plus haut que leur cul et qui ne considèrent pas comme une infamie l'idée de regarder TF1 ou d'écouter Cloclo de temps à autre. J'ai en effet croisé quelques personnes très cultivées mais parallèlement très tolérantes, curieuses et ouvertes à la discussion. Elles n'aiment pas mais elles respectent. Et, à mes yeux, ça vaut toutes les cultures du monde, ça ! Les autres, si on grattait un peu, je pense qu'on s'apercevrait vite que ce n'est que de l'esbroufe, du vernis... juste parce qu'on leur a dit que Cloclo, Dassin, Balavoine étaient pour le peuple, il faut s'empresser de leur cracher à la figure pour ne surtout pas être pris pour un "petit". 

    Aujourd'hui, je ne sais pas qui il faut apprécier pour "faire bien". Je pense à Delerm ou Biolay mais je peux me tromper... Je ne vole pas dans les hautes sphères et je n'en ai pas très envie quand on voit la mentalité de ceux qui les fréquentent ! Cet aprem, j'entendais Grégoire qui disait qu'il appréciait autant les Beatles que Chantal Goya (je n'aime ni les uns ni l'autre)... j'ai trouvé ça intelligent. Il a expliqué que Chantal Goya c'était pour son enfance et les Beatles pour la musique et par rapport à son frère. Bon, je ne connais pas bien cet artiste mais au moins, il n'a pas fait "genre je me la pète" en ne citant que des trucs soi-disant haut de gamme afin d'épater la galerie. 

    En fait, ce qui m'énerve c'est ces gens qui, dans le fond, ne détesteraient pas une certaine forme d'art populaire mais qui s'y refusent simplement parce que cela ne convient pas à l'image qu'ils veulent renvoyer. Je trouve ça idiot. Prétentieux. Ridicule. Méprisant (parfois même pour leurs propres parents). Bref, pas digne de quelqu'un de véritablement cultivé. 

    Tout le monde n'est pas Léo Ferré ou Barbara et, je pense que sincèrement, ça me gonflerait de n'écouter qu'eux juste pour pouvoir dire que j'écoute des vrais textes, de la vraie poésie ou du vrai talent. De temps en temps, ça ne fait pas de mal de ne pas se prendre la tête aussi. Les artistes que j'aime ont le mérite de me faire rêver, même un peu, quelques instants. Et puis, pour la plupart, ils ont des textes plus profonds mais méconnus du grand public. En fait, c'est un peu comme en cuisine. C'est super d'aller manger dans un grand restaurant, de déguster les plats d'un grand chef mais, au quotidien, on a besoin de se régaler tout simplement avec des nouilles au beurre ! Et il n'y a pas de mal à ça, il me semble !

    « Le fanatisme est partoutBon, c'est quand qu'il retombe, le soufflé ? »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 21:28

    Péter plus haut que son... ça s'appelle roter! 

    Les chanteurs de maintenant y en a pas beaucoup que j'aime... ça ne vaudra jamais les anciens, enfin, de la marque Ferrat, Ferré, Brassens ou Brel...

    2
    Lundi 6 Janvier 2014 à 14:34

    Très bel article, je crois que je n'ai rien à ajouter !

    Il en est de même en ce qui concerne certaines émissions télé, ou certains auteurs à succès...

    3
    Lundi 6 Janvier 2014 à 15:53

    Exactement. Dès que c'est sur TF1, certains font des bonds de 15 mètres alors qu'il peut aussi y avoir quelques bonnes séries... mais, bien sûr, seules celles de Canal + ou de Arte mériteraient qu'on s'y attarde !

    4
    Mardi 7 Janvier 2014 à 14:13

    lu et approuvé  ;)

    5
    do de gorron
    Mercredi 8 Janvier 2014 à 19:14

    Autrefois, j'ai déçu mes interlocutrices parce-que j'avais dit ne pas apprécier l'aigle noir et n'avoir pas vu les tontons flingueurs.

    Et oui mon image de marque tenait à ça.

    J'aime le cinéma, surtout les vieux films. Et je préfère par exemple "quai des brumes" ( film populaire et magnifique) à " la maman et la putain", classé plus beau film français. Mais c'est mon avis, ce dernier ne m'a pas touchée mais ennuyée.

    Et vive " le corniaud" pour me redonner le sourire. Rendre les gens heureux, ça c'est de l'art. Merci Oury, merci BOURVIL.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :