• Putain, 10 ans...

    Vraiment à cours d'inspiration en ce moment,je guette un peu partout l'étincelle qui viendra rallumer le feu de ma prose. Et donc, j'ai trouvé un tag (ben oui, y'en a qui n'aiment pas mais ça permet de meubler et puis, finalement, on y parle de soi, non ?)... Alors, ce tag, je vais l'adapter un peu par rapport à maman Celib  chez qui je l'ai trouvé et ne garder que l'idée des 10 ans...

    - Que faisiez-vous il y a 10 ans ?

    Je venais de terminer ma première année d'enseignement, mon année de stage. On ne peut pas dire que ça avait été catastrophique mais ce n'était pas non plus merveilleusement encourageant pour la suite. J'avais eu une classe de seconde dans un lycée assez chic de Compiègne et ça n'avait pas été facile tous les jours... Je me demandais donc comme ça allait tourner dans un établissement plus difficile.

    J'avais obtenu l'académie de Caen parce que la Bretagne coûtait trop cher en points et en tant que débutante pas mariée et sans enfants, je n'avais aucune chance de voir mon nombre de points augmenter. J'avais donc décidé d'aller visiter la Normandie... et en particulier la ville d'Alençon car, quelque chose me disait que cette ville allait me devenir familière...

    Le 12 juillet 1998 (je sais pas si je vous l'ai déjà raconté mon 12 juillet 98 à moi ?), j'avais compris que celui que j'aimais n'éprouvait absolument rien pour moi et, par désespoir, j'avais bien pensé disparaître aux yeux du monde en m'enfermant dans un monastère pour filles ou en faisant naufrage sur une île déserte, sauf que sans bateau, difficile de s'échouer sur une île. Donc, chaque matin, je prenais ma voiture et je partais où les routes m'emportaient... seule, puisque la vie en avait désormais décidé ainsi.

    - Que ferez-vous dans 10 ans ?

    Alors là, aucune idée. Si je suis toujours de ce monde, j'aurai 47 ans, proche de 48... Je serai sans doute toujours prof sauf si, par hasard, une autre opportunité s'offrait à moi. J'en serai peut-être à la 3500e page de ce blog et j'aurai déjà commencé à radoter et je relirai peut-être cet article.
    J'aimerais croire que je ne serai pas seule au monde mais, mon côté pessimiste a tendance à me rappeler certaines évidences. Mais, qui sait, j'aurai peut-être évolué et je verrai la vie tout à fait différemment... On ne peut pas savoir, malheureusement... ou heureusement.

    « La nature est belleShaun of the dead : des zombies, encore des zombies »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 20 Juillet 2008 à 16:09
    Méli-Mélo
    On ne peut pas savoir heureusement... Sinon je ne suis pas sûre que tout le monde trouverait la force de continuer. Dans tous les cas, pour ma part, je te souhaite le meilleur.
    2
    Dimanche 20 Juillet 2008 à 17:12
    Pensée
    Bonjour Béatrice, agréable ce petit tag... il y a dix ans c'est donc là que tu as vécu ce grand amour qui t'a bien marqué toutes ces années et qui te fait encore poser des questions aujourd'hui en ce qui concerne l'amour... pas facile non plus quand on aime ou a aimé une personne et apprendre qu'elle ne nous aimait pas de la même façon que nous. Et dans 10 ans?? peut-être seras-tu encore si non sur ce blog-ci sur un autre blog :) mais pas certaine que tu radoteras chère Béa, tu trouves toujours quelque chose de sympa à partager avec nous. Et qui sait?? peut-être nous parleras-tu de ta douce moitié à ce moment-là :) je te le souhaite profondément. Bonne soirée à toi. Bisous  
    3
    Lundi 21 Juillet 2008 à 09:15
    On verra ça dans 10 ans;)
    4
    Lundi 21 Juillet 2008 à 18:53
    la nostalgie d'un côté et la projection dans le futur de l'autre...

    pas facile de savoir ce qu'on fera dans 10 ans...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :