• Paroles nocturnes

    Il y a des nuits  où comme dans la chanson de Jackie Quartz "le sommeil se met en grève". On ne sait pas pourquoi. Il n'y a aucune raison particulière, apparemment. On se couche, on se trouve une position confortable, on ferme les yeux et on attend. Une heure, deux heures. On se sent fatigué mais le sommeil se refuse. On se demande où il est resté coincé, dans quel embouteillage, pour être en retard à ce point. ce n'est pas faute de le désirer pourtant. Mais non, il ne vient pas.
    On repasse le film de la journée, puis celui des derniers jours et on anticipe même sur celui de demain. Et puis on en vient à ce qu'on aurait pu dire ou faire, ce qu'on pourra dire ou faire. C'est fou comme tout semble clair à 1h du matin. On n'a plus aucun doute. "Oui, c'est ce que je dirai, demain". On parvient même à entendre ce que les autres répondront en entendant nos paroles. Si à l'instant précis où l'on est allongé sous la couette on avait face à soi tous ceux à qui on a des choses à dire, tous les problèmes de communication seraient résolus. 
    Et puis arrive le matin. Et là, tout s'effondre. Ce qu'on trouvait génial quelques heures auparavant semble soit fade soit trop osé... Et on ne dit toujours rien, on reste avec ce qu'on a sur le coeur parce que finalement, ça ne se dit pas.

    « "De là-haut"- Thierry AmielDe quel bois sommes-nous faits ? »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 12 Juillet 2007 à 02:04
    P'tit Juju
    Que de réflexions en cette nuit si longue. Le sommeil ne vient pas pour moi non plus, je dois bien l'avouer.  C'est étranges ces quelques secondes entre un jour et l'autre, le suivant, celui que l'on ne connaît pas encore mais qui nous fait tant réfléchir. Et si seulement... Si l'on pouvait une seule fois connaître de quels espoirs ce jour prochain sera fait. On est comme abandonnés au milieu de la nuit. Les consciences de milliers de millions de gens ne sont plus: ils sont morts  inconsciemment et nous vivons encore dans un vide, sur une Terre morte d'habitants pendant quelques heures. On se laisse à rêver qu'on pourrait s'enfuire où l'on veut, prendre un train peut être au milieu de la nuit... Y'a t'il des trains qui partent au beau milieu de la nuit ? Vers quels rêves nous emporteront-ils ? Qui nous attendra au bout, sur les quais perdus de notre mémoire ? Qui rencontrerons-nous ? 
    La solitude est encore plus forte quand on sait que seule notre conscience peut encore penser à des heures où le moindre être humain se plait à disparaitre dans des draps. 
    Et si l'on pouvait refaire sa vie en une nuit, réaliser ses rêves juste pour essayer et puis le jour effacera tout, comme à son habitude. Le quotidien reprendra le dessus. Des millions de gens reprendront conscience qu'ils existent encore sur cette Terre, et nous préfèrerons alors perdre la nôtre pour ne pas penser qu'il est trop difficile de vivre dans ce monde. On s'endormira au petit matin et puis... et puis... peut être, sait-on jamais...
    2
    Jeudi 12 Juillet 2007 à 02:40
    Je suis assez d'accord avec toi ... surtout que j'ai des problèmes de sommeil, et que j'attends par conséquent en général Morphée pendant 1 ou 2 heures. Le temps de faire des plans pour le lendemain, envoyer des mails, travailler, etc.
    Arrivé le matin je perds tout courage. Finalement, je pense que c'est toujours facile de penser à quelque chose quand on n'est pas au pied du mur. Avant le sommeil, on est au pied de quelques heures de repos, il est donc bien simple de s'engager à des actions :)
    3
    Dimanche 22 Juillet 2007 à 19:34
    Plume
    Voui voui voui je connais ça par coeur et pourquoi t'est ce qu'ils ne sont pas tous au pied de notre lit pour entendre ce qu'on veut leur dire immediatly now ?
    La vie est mal faite ;0))))))))))
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :