• Paradis et enfers modernes

    Ça doit être grisant de constater à quel point on est populaire quand on a des centaines d'amis. Ça doit être agréable de poster chaque jour des photos de soi sur FB et de recevoir des dizaines de commentaires s'exclamant sur sa beauté. BG comme ils disent : beau/belle gosse. Ça doit être rassurant de lire des textes d'amour pour la vie comme on peut en écrire quand on a 12 ans et qu'on croit que "pour toujours" c'est vraiment vrai. Ça doit être formidable de se voir attribuer des tonnes de coeurs virtuels, symboles de cet amour infini auquel on croit avec la force de l'enfance. Ça doit être réconfortant de lire que quelqu'un sera toujours là si on va mal, si on tombe, si on n'en peut plus, si on pleure... ou si on rit aussi. On doit se construire solidement avec tant de belles choses autour de soi. 

    Ça doit être atroce d'être celui qui n'est ni populaire, ni beau, que personne n'aime, à qui personne n'envoie des cœurs et pour qui il n'y a jamais personne lorsque tout va mal. On doit être détruit très rapidement, plus rapidement qu'avant encore. 

    Pourtant, parmi les ados, il y en a forcément qui vivent cet enfer-là. Ce nouvel enfer, celui des réseaux sociaux, celui qui exclut encore plus qu'avant les jeunes (ou moins jeunes) qui ne sont pas tout à fait comme les autres. Celui qui les rend encore plus différents, moins aimés et moins aimables du fait qu'ils ne sont pas amis avec des centaines d'autres jeunes, populaires, beaux et admirés. Je n'aurais pas aimé vivre cet enfer-là. 

    « Tout s'expliqueLa vie est belle, le monde est beau »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 23 Juin 2014 à 22:10

    Finalement la virtualité de FB est aussi réelle et cruelle que la réalité... si ce n'est plus!

    2
    Lundi 23 Juin 2014 à 22:12

    Sans doute plus parce qu'elle permet de dire encore plus de choses bien à l'abri derrière son écran. 

    3
    Mardi 24 Juin 2014 à 08:40
    Petite, grosse, myope, jamais le droit de sortir.... inutile de te dire que bien qu'à mille lieux des réseaux sociaux, j'étais une adolescente rejetée, sans amis (es), popularité 0. Oui j'ai souffert et beaucoup pleuré, j'ai trouvé refuge dans les livres et la bouffe. On a les béquilles qu'on peut... je suppose que c'est pareil aujourd'hui. La mise au ban de la société c'est une souffrance et une injustice. Avec ou sans fb je pense
    4
    Mardi 24 Juin 2014 à 13:46

    La différence, je crois, c'est que là, le rejet se voit, se ressent vraiment au quotidien parce que FB fait partie du quotidien des ados et je pense que constater qu'on n'a personne non plus sur FB, ça doit faire mal, de se dire que même là on n'est pas comme les autres. 

    5
    mel
    Mercredi 25 Juin 2014 à 15:09

    Tu as bien fait d'écrire ça, c'est très juste, mais surtout très injuste. Heureusement que de mon temps et celui de mes enfants, facebook n'existait pas, j'aurais souffert. Comment lutter, comment éduquer à autre chose que cela ?

    J'aime pourtant F.B. pour des échanges sympathiques.

    6
    Mercredi 25 Juin 2014 à 16:17

    Moi aussi, parce que j'ai affaire à des adultes en tant qu'adulte. Mais si j'avais été ado, avec ce que je subissais déjà, ça aurait été l'horreur. 

    7
    Dimanche 29 Juin 2014 à 14:21

    tu mets le doigts sur une des choses qui me tracasse pour mes garçon dans les années à venir... la seule solution préventive que je vois, c'est de bien leur mettre dans la tête à quelle point cette popularité là est toute relative et que les vrais amis, c'est ceux qu'ils auront dans la vraie vie, quand ils rencontreront de vrais problèmes...

    8
    Dimanche 29 Juin 2014 à 15:56

    A l'adolescence, le problème c'est que ce que les parents leur mettent dans la tête n'a que peu d'importance face à ce que les autres ados leur transmettent. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :