• Non, Claude t'es pas tout seul...

     

    Difficile de trouver une vidéo de Claude François sur ces nouveaux sites où on peut visionner un peu de tout... On se retrouve pour Claude avec un tas de sosies et d'imitateurs minables venus faire leur publicité en profitant de l'image d'un véritable artiste. Dans le moteur de recherche, on devrait pouvoir taper Claude François sans voir s'afficher à l'écran ces pseudo hommages ridicules qui ne font que dégrader l'image du chanteur. Quelle honte ! Aucun tri n'est fait et malheureusement on ne peut pas jeter aux ordures ces vidéos stupides.

    Enfin, j'ai tout de même trouvé cet extrait tout à fait génial. Au début, on entend Claude qui parle de son métier et du temps qui passe. J'ai toujours adoré l'écouter parler. Quand je pense que certains médisants se sont toujours plu à le décrire comme un sombre crétin incapable d'aligner deux mots ! Quelle erreur ! Claude François savait parler et savait aussi ce qu'il disait. Que l'on s'amuse à le comparer avec certains "artistes" d'aujourd'hui qui ne savent afficher que leur pauvreté intellectuelle, et on verra qui sont les crétins !

    Et puis, la chanson : "La solitude c'est après", une des plus jolies de son répertoire parce qu'il y évoque ce qu'éprouve le chanteur après son spectacle. Cette solitude extrême qu'il ressent après avoir connu l'ivresse d'une salle comble. Passer de l'une à l'autre doit faire l'effet d'une douche écossaise. S'être senti adoré par des centaines de personnes et se retrouver complètement seul, à se demander si cet amour existait réellement,s'il était sincère parce que tous ces inconnus ne sauront jamais qui ils ont adoré, parce que quelquefois ils leur amour est éphémère. En matière de célébrité, la fidélité n'existe pas vraiment, je crois... un jour ou l'autre quelqu'un de nouveau, de plus jeune, de plus beau, de plus talentueux peut arriver et prendre la place de celui qu'on aimait pourtant passionnément.

    Et puis, même si certains admirateurs restent fidèles à la vie à la mort, l'artiste ne peut jamais en avoir la certitude absolue. A partir de là, il peut chaque fois se demander dans quelle mesure les démonstrations d'amour ne sont pas hypocrites... et puis, qui les fans aiment-ils ? Un homme ou l'image que cet homme a réussi à imposer ? Au fond de lui, l'artiste sait qu'il y a une comédie de l'amour : il prétend aimer ces gens qu'il ne connaîtra jamais et les gens aiment à la folie quelqu'un qu'ils ont l'illusion de connaître alors qu'en réalité ils n'ont qu'une idée complètement fabriquée de la réalité.

    Je connais des gens qui sont complètement aveuglés par cette image au point de perdre toute objectivité et toute faculté de  raisonner. On se trouve face à des êtres "formatés"qui ne jurent plus que par leur dieu, qui considèrent comme parole d'évangile tout ce qu'il a pu dire, qui oublient que leur idole, quelle soit-elle, aussi magnifique fut-elle, a pu avoir des secrets, a raconté des mensonges, a manipulé et joué avec son public, a eu des défauts, a commis des actes répréhensibles peut-être...

    Je ne sais pas ce qui pourrait me décevoir, si même quelque chose pourrait me décevoir chez Claude François. J'ai fini par accepter sa qualité d'être humain avant tout. et parce que j'ai accepté ça, je peux tout acepter, rien ne peut me déranger juste parce que je l'admire assez en tant qu'artiste pour me moquer de tout ce qui ne concerne pas sa carrière, la carrière d'une personne que je ne connais pas, que je n'ai pas connu et que je ne connaîtrai jamais. Puisque je ne connais qu'un artiste, je dois simplement admirer (mais pas aduler) cet artiste et ne pas me laisser emporter par mes illusions sur l'homme. Longtemps je l'ai moi aussi vu comme une sorte de Dieu, incapable de la moindre imperfection. La moindre critique que j'entendais me rendait folle de rage. Je refusais d'y croire parce que je mélangeais deux notions : homme et artiste. Terrible erreur que celle-là !

    De plus, au fil du temps, j'ai au contraire découvert que tout ce qui le rapproche d'un homme comme les autres, et qui l'éloigne des illusions, le rapproche de moi par la même occasion. En effet, aimer un Dieu c'est accepter qu'il y aura toujours une distance incompressible entre lui et soi. Aimer un homme c'est aimer quelqu'un de proche de soi et cet amour totalement injustifié finit par se transformer en une saine admiration pour un humain qui avait un talent particulier mais qui ne mérite pas le statut de dieu. Et si de temps en temps les artistes recontraient des fans qui ont cette conscience et cette philosophie peut-être que la solitude d'après le spectacle serait moins douloureuse parce que justement cette distance n'existerait plus.

    L'artiste, un homme comme les autres, au milieu des autres hommes et non plus seul au dessus d'eux.

    « Voici venu le temps....La philosophie du ballon rond »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :