• Mettre les voiles

    C'est "amusant" comme un petit "rien" peut avoir des conséquences en cascade... une sorte d'effet papillon mais à la petite échelle de mon "moi", ou de votre "vous" parce que je suis sûre que vous connaissez ça aussi.

    Ainsi, une remarque anodine peut soulever à elle toute seule un violent orage intérieur, avec éclairs, tonnerre et tout le toutim. Et puis, c'est comme une avalanche... qui entraîne avec elle tout ce qui se trouve sur son chemin. Pourquoi ? Pourquoi cet effet incontrôlable ? Pourquoi ne pas être capable de s'en tenir au petit rien du départ et de se dire qu'on va le résoudre de toute façon ? C'est assez destabilisant parce qu'en quelque sorte, c'est une perte de contrôle. Le domino qui est tombé en premier entraîne tous les autres et c'est la débâcle.

    Sans doute des trucs pas tout à fait clairs dans ma tête. Ou trop clairs peut-être. C'est ça qui, par moments, chavire complètement. La plupart du temps c'est maîtrisé, ça va et d'un coup, sans prévenir en général, c'est la tempête... Les métaphores "catastrophes naturelles" se prêtent assez bien à ce que je ressens, je trouve. Sans doute y a-t-il des choses que je n'accepte pas complètement, pas aussi bien que j'aimerais le croire et surtout le faire croire. Et/ou vice versa. Et puis, en général, ce sont des détails sur lesquels je mets un voile plus ou moins pudique et opaque, y compris à mes propres yeux. Alors, lorsqu'on se permet de déchirer mon voile, ça ne me plaît pas ! Non. Pas du tout même ! Je sais ce qui se cache dessous, et si c'est caché c'est pas par hasard alors, lorsqu'on se permet de me le remettre sous le nez, sans ménagement, ça déclenche ce dont je parlais plus haut : orages, tempêtes, avalanches... Mais qu'on me rende mon voile !!! S'il est là, c'est qu'il a une bonne raison d'y être... c'est tout. Ce qui se cache dessous fait partie de moi, certes, j'en ai parfaitement conscience mais ce n'est pas la partie de moi que je préfère... surtout lorsque mon chaos intérieur se calme, il ne fait pas beau voir ce qu'il y a dans les décombres... Alors, il me faut au plus vite mettre de l'ordre et les voiles... pour reprendre le contrôle et redevenir "moi", mon "moi" quotidien, auquel j'ai habitué mon entourage... un "moi" tout calme et tout gentil qui prend la vie du bon côté, plus ou moins ! Un peu pessimiste parfois mais globalement facile à vivre. Il faut faire taire le monstre, l'enfermer de nouveau dans son labyrinthe... étouffer ses cris et ses gémissements en espérant que rien ne viendra perturber à nouveau cet équilibre tellement fragile.

    « Réflexion de fin d'après-midiVacances ! »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 18:04
    José61

    Je connais... Encaisser des petits trucs tous les jours, emmagasiner tout ça et continuer comme si rien n'était et un bon jour BOOM!!!! ça pète parce que trop plein et tous aux abris!

    2
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 18:05

    Ouais, c'est ça... c'est pénible parce que le petit truc, en temps normal, on le prendrait pas si mal que ça...

    3
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 18:21
    José61

    Bah oui mais quand on accumule, une petite étincelle de rien du tout fait tout péter...

    4
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 18:22

    Ce qui m'étonne parfois c'est la vitesse avec laquelle l'étincelle provoque un vrai incendie !

    5
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 18:44
    José61

    C'est la pression...

    6
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 18:46

    Plus je vieillis (ben oui), plus m'apparaît nécessaire de penser à moi avant tout, et ça n'a rien d'égoïste, au contraire: plus je me donnerai à moi-même, mieux je supporterai les autres, et mieux eux-mêmes seront avec moi. Alors sois plus indulgente avec toi-même: les autres ne sont pas meilleurs que toi, tu les vaux bien, et s'il faut parfois "péter un câble", fais-le, au moins dans ta vie privée, parce qu'évidemment dans le boulot on est bien obligés de fermer sa g....

    Moi c'est malheureusement dans ce domaine que j'accumule depuis des lustres, et là, c'est bien contre moi-même que je fais du mal en serrant les dents...mais je n'ai pas le choix: il faut bien gagner sa croûte, même si en l'occurrence elle est bien maigre... la maison à payer, les études de la fifille à prévoir, etc, etc... 

    Ce qu'on garde en soi pourrit, ou bien se répand, comme un monstre, oui! Il faut absolument trouver le moyen de l'expulser... en écrivant sur un blogue, par exemple! 

    7
    Mercredi 3 Juillet 2013 à 18:50

    Oui ! depuis lundi, il fallait que ça sorte mais, je ne savais pas trouver les mots pour rester "soft"... c'est pas évident sur le blog parce qu'on ne peut pas complètement tout dire non plus. Mais, un peu, c'est déjà ça !

    Au boulot, c'est vrai qu'on est de plus en plus mal traités et c'est ce qui a provoqué mon  cataclysme intérieur de lundi soir d'ailleurs !

    8
    Petaouchnok
    Vendredi 5 Juillet 2013 à 22:51

    Happy Puffin!


    Je suis plus puissant que Dieu.
    Je suis plus méchant que le diable.
    Le pauvre en possède.
    Le riche en manque.
    Et si vous me mangez, vous mourrez.
    Qui suis-je ?

     

    Bisous et bonne soirée, réponse sur demande !

    9
    Samedi 6 Juillet 2013 à 09:19
    José61

    La misère?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :