• Masque ou pas masque ?

    "Nous portons tous des masques, mais vient un temps où on ne peut plus les retirer sans s’arracher la peau." André Berthiaume.

    Y'a un truc qui m'agace, et qui ne devrait pas, c'est lorsqu'on me dit que je suis zen. Mon kiné encore me l'a dit et c'est pas la première fois :"Oh, vous êtes cool, vous, toujours tranquille." Au boulot aussi, plusieurs fois, quand je disais que je m'étais énervée face à un élève "Toi ? Enervée ? J'y crois pas !". D'autres trouveraient que c'est un compliment, je suppose. Pas moi. S'il y a bien un truc que je n'ai jamais été c'est zen, cool et tranquille. Quand je dis jamais, c'est JAMAIS. 

    Pourquoi est-ce que je donne cette impression alors ? Pourquoi personne ne voit à quel point je ne suis pas calme ? Parce que je n'explose pas (sauf en cours), je ne me fâche pas(sauf en cours), je ne hausse presque jamais le ton (sauf en cours), je ne fais pas de bruit(sauf en cours). Et pourquoi, ça ? Oh, je le sais bien... Je ne veux pas me faire remarquer, ou le moins possible. D'un côté, j'aimerais parfois que ceux qui m'entourent comprennent certaines choses mais, d'un autre côté, je serais gênée si c'était trop le cas, et je sais que je me réfugierais derrière mon "je vais bien, tout va bien." habituel... Je ne me donne pas le droit de dire les choses. Je m'autorise parfois à les écrire, c'est tout. Quelques personnes savent lire entre les lignes et, je pense, savent que je ne sors presque jamais sans mon masque de zénitude... Je suppose que c'est la force de l'habitude parce que pendant longtemps il a fallu jouer à "même pas mal" afin de n'inquiéter personne, pas même moi.

    Mes petites parenthèses (sauf en cours) pourraient laisser penser que je suis davantage moi-même en cours. Pourtant non. Puisque c'est un peu du cinéma. J'explose sur des détails. Pas sur ce qui est important. Pas du tout. C'est pas l'endroit pour ça ! Donc, je fais semblant... là aussi. 

     

    A force de faire semblant, je ne sais plus trop, finalement, ce que je ressens, ce que j'ai le droit de ressentir, ce qu'il faudrait ressentir alors, j'adopte une forme de neutralité qui me permet de me fondre dans la masse au point de me faire oublier (et de m'oublier moi-même, de temps en temps). Est-ce une forme d'hypocrisie ? Je ne sais pas. Je ne crois pas. Je ne fais plus vraiment exprès. C'est devenu naturel. Je souris lorsqu'il le faut, parce qu'il le faut. Ai-je envie de sourire à ce moment-là ? Pas toujours. Pas souvent. Mais comment expliquer que ce n'est pas le bon moment ? Lorsque ça devient trop pesant de faire semblant, je m'isole, c'est encore la meilleure solution que j'ai trouvée pour ne froisser personne. Parce que ce sont des choses qui ne se disent pas. D'ailleurs, comment les dire ? Ce que je sais au fond de moi ne se dit pas. Ne s'écrit pas non plus. 

    Je suis donc une angoissée chronique qui donne l'impression d'être zen. Je dois m'y faire. Après tout, c'est l'image que j'ai choisie de donner. Je dois la subir puisque je ne parviens plus à m'en défaire tellement elle est incrustée en moi, tellement elle a l'air d'être moi. A moins que ce ne soit le contraire... que je sois une fausse angoissée et une vraie calme, toujours apte à faire face à toutes les situations, imperturbable... J'en sais rien. J'ai juste l'impression que le jour où ça va péter, ça sera style Hiroshima puissance 10... mais, si ça se trouve, ce n'est qu'un pauvre pétard mouillé qui ne fera pas grand bruit. 

    « L'un des pouvoirs de la musique Les gens sont rigolos quand même ! »

  • Commentaires

    1
    tana
    Jeudi 16 Octobre 2014 à 20:10

    Je me mets rarement en colère, sauf en cas d'injustice ...

    2
    Jeudi 16 Octobre 2014 à 20:12

    Bonsoir Béatrice.

    Une de tes collègue à un gros problème et je ne sais quoi faire.
    C'est un appel à l'aide. Je te mets le liens et j'espère qu'elle ne m'en voudra pas. 

    http://verslesetoiles1.canalblog.com/

    3
    Jeudi 16 Octobre 2014 à 20:22

    @Tana : je suis perpétuellement en colère, je crois. Mais je ne le montre que rarement.

    @ Karleman : je lui ai écrit, on verra. Merci. 

    4
    Agrum
    Jeudi 16 Octobre 2014 à 20:26
    Agrum

    Si je peux me permettre (et je pense que je peux parce que ça fait plus de vingt ans que je fréquente l'oiseau rare wink2), je tiens à te dire que s'il y a un défaut que tu n'as pas, c'est bien l'hypocrisie.

    Je crois que tu t'es construit une carapace si solide et si ancienne que tu as à présent du mal à en sortir et même à la fissurer.

    J'espère que ceci ne ressemble à de la psychologie à deux sous, ce n'est pas mon intention.

    5
    Jeudi 16 Octobre 2014 à 20:33

    @Agrum : oui, tu peux. J'avoue que je n'aimerais pas être hypocrite, ni le paraître, ça me rassure ! Merci. 

    La carapace, elle devient lourde à porter mais je n'ai pas encore réussi à la faire sauter... j'ai essayé mais ça n'a pas marché... pas encore. Peut-être pas le bon moment.  

    6
    Julien
    Jeudi 16 Octobre 2014 à 20:58

    Témoignage poignants de cette enseignante : 

    "Ce qui me complique la tâche est que je ne me sens pas adaptée à beaucoup de situations de cette société (non, ne fuyez pas). Je me sens rarement bien quelque part, j'ai besoin de me sentir libre, je me sens très mal dans les transports en commun (d'ailleurs je ne peux ni ne veux plus y entrer), je n'aime pas les supermarchés, je suis hypersensible, mon corps réagit violemment dès lors qu'il n'aime pas être quelque part ou faire quelque chose, j'ai déjà démissionné, lâché des choses parce que je n'y étais pas bien, je n'ai pas envie de travailler dans le "monde extérieur" pour un patron, je rêve de pouvoir travailler chez moi ou au moins pour moi, de pouvoir créer.


    "Je ne suis pas adaptée", me dis-je parfois, même si j'ai honte de dire une phrase pareille parce que j'entends des voix dire "Elle exagère", alors que non. 

    Aujourd'hui, quelqu'un m'a dit : "Je ne comprends pas pourquoi certains réagissent si violemment au monde".

    Je voudrais être née "autre"."

    C'est marrant comme je suis à peu près arrivé à cet état de fait. Il y a quelque chose qui cloche dans le monde et qui ne me va pas, comment faire pour vivre normalement et être heureux ? C'est tout le problème... On ne va pas se mentir. Avaler des cachets tous les jours, ça calme un peu l'âme mais le corps reste meurtri. Alors j'attends que ça passe. Je crois qu'on en est tous un peu là, malheureusement. 

    On peut s'échapper, ou bien tout foutre en l'air ou bien ne rien faire et attendre. C'est une forme de fuite aussi... 

     

    7
    Vendredi 17 Octobre 2014 à 20:23

    Merci beaucoup Béatrice. smile
    Excuse-moi encore de cette intrusion mais j'ignorais où m'adresser. 
    Bisous

    8
    Vendredi 17 Octobre 2014 à 20:30

    J'ai joué très tôt à faire semblant.

    Je pense que lorsqu'on fait comme tout allait bien, c'est en espérant justement que les autres (souvent les parents) s'en aperçoivent. 
    Parfois, les autres pensent que ça passera. Donc, on continue de faire semblant parce qu'on pense qu'on a trompé et qu'à force de faire semblant (comme tu l'écris bien), cela finisse par s'arranger.
    Finalement, on a trompé personne. Même pas ceux qui nous on fait croire que ce n'était pas si grave. (Puisqu'ils ont une part de responsabilité quand même...).
    Et donc, on a trompé que soit même. On peut aussi prendre en compte que les autres se sont trompés eux-même. Inconsciemment ou consciemment. 

    Bien sûr, ce n'est que mon opinion. Chaque personne à son histoire. 

     

    9
    Lundi 20 Octobre 2014 à 23:09

    Ça fait un peu bizarre, ce texte j'aurais pu l'écrire presque entièrement comme toi.... Je dis souvent que je porte un masque aussi, et à force de porter ce masque je ne sais plus quelle est ma véritable personnalité. Suis-je celle que je suis avec ou sans le masque ? Suis-je celle que je voudrais être avec ou sans le Masque ?
    Je crois qu'il est plus facile d'ouvrir sa carapace avec des étrangers parce qu'ils n'ont aucun point de référence ; les personnes avec qui on a l'habitude de vivre nous connaissent sous un certain jour et pourraient être surprises de nous voir réagir différemment... (je ne suis pas sûre que ce que j'écris soit très clair :( désolée)

    Cela n'a rien à voir avec de l'hypocrisie, je ne pense pas, c'est une façon de se protéger. Se protéger de quoi, de qui ? Je ne suis pas sûre que nous le sachions nous-mêmes (enfin, je parle pour moi), se protéger d'un jugement que nous imaginons... véritable symptôme du manque de confiance en soi...

    10
    Mardi 21 Octobre 2014 à 12:37

    Je suis d'accord avec toi : c'est sans doute plus difficile, bizarrement, d'être comme on en a envie avec nos proches. Peut-être par crainte, comme tu le dis, qu'ils ne nous comprennent plus mais aussi, je crois, par souci de les protéger, pour ne pas qu'ils s'inquiètent d'un changement qu'ils ne comprendraient pas... 

    11
    mel
    Mardi 21 Octobre 2014 à 18:49

    Beaucoup de ressemblance avec toi. On pense assez souvent que je suis zen et calme. Par contre, je pense que quelquefois, je n'ai pas pu masquer ma gêne ou mon énervement, et certains ont vu sur le fait et j'en parle aussi parfois, je ne sais pas trop pourquoi, car les comportements des autres ne changent pas pour autant, même quand ils savent. En effet, ce masque nous colle et nous empêche de nous faire remarquer, car c'est bien ça qu'on ne veut pas, n'est ce pas, on veut être transparente et on en souffre.

    12
    Mardi 21 Octobre 2014 à 19:16

    C'est un peu ça le paradoxe que je ressens : j'aimerais qu'on me remarque mais je ne me sens pas à la hauteur lorsque ça arrive alors, je préfère me cacher. 

    13
    mel
    Mardi 21 Octobre 2014 à 19:27

    c'est tout à fait ça, cette ambivalence, à mon âge un peu avancé, je la ressens encore et encore, ça fait partie de moi, c'est comme de la honte qui vient de si loin et encore si présente.

    14
    Mireille
    Samedi 8 Novembre 2014 à 04:13

    J'aime bien ton texte Béatrice sur le sujet vois-tu il y a beaucoup plus de gens qui sont comme cela je pense et comme on dit porte un masque. On a tous un côté comme cela soit dans le travail avec nos collègues et avec nos proches et amis. Il y a une certaine gêne ou réserve avec l'un ou l'autre. Tu as beaucoup de courage d'écrire cela et je te trouve tout à fait humble dans tes propos. Bisous et bon WE 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :