• Les Plumes 15- Solitude

    On avait dit que les plumes d'Asphodèle revenaient aux vacances et elles sont revenues, pour mon plus grand plaisir ! Le thème : la solitude. 

    Voici les 22 mots qui étaient imposés :

    angoisse, silence, assourdissant, rue, paix, musique, exister, ténèbres, se ressourcer, naviguer, espace, bienfaisant, errance, vide, partager, austral, assis, ambivalent, manque,  obsidienne, orage, onde.

     Et mon texte :

         « Ah les amis, j'vous jure, l'été austral, il n'y a que ça de vrai pour se ressourcer ! ».

     Assise avec ses amies, elle raconte ses vacances. Elle a pris un bateau et a navigué jusqu'à son havre de paix. Elle leur explique à quel point c'était bienfaisant sauf un jour d'orage où elle a eu très peur.

         Derrière elles, il y a la rue et son vacarme assourdissant mais je les entends quand même. Un peu plus loin, un autre groupe que je connais bien aussi. Nous fréquentons les mêmes cours depuis plusieurs mois. Je les ai toujours trouvés fort sympathiques. De loin. Ils parlent musique. Chacun raconte ses expériences, explique ses goûts. C'est intéressant.

         D'autres étudiants, derrière moi. Ceux-là parlent pierres et minéraux. L'une des filles semble s'y connaître et elle croit aux pouvoirs de l'obsidienne. Et moi, j'écoute en silence perdue et invisible dans mon espace qui ne rejoint jamais le leur. Ce n'est pas qu'ils m'évitent ou qu'ils ne m'aiment pas. Ils ne me voient pas. Je n'existe pas. Pourtant, quelquefois, au hasard d'une conversation, je m'aperçois que nous partageons pas mal de choses.

         Mes ténèbres s'opposent à leur lumière depuis toujours. J'aimerais oser aller vers eux et leur parler mais ils fuient instinctivement mes ondes négatives. Apparemment. C'est ce que je me dis pour calmer mes angoisses et justifier leur indifférence. Dans un sens, je préfère cela à l'attitude ambivalente que j'ai déjà dû supporter, celle où l'on te fait croire que tu fais partie du groupe pour mieux te rejeter, avec perte et fracas. Dans ces cas-là, je me suis sentie plus vide que jamais. Inutile. Insignifiante. Ici au moins c'est clair. Je les écoute et fais semblant d'être avec eux. Je suis en manque d'eux, en manque de contacts, en manque d'amis, en manque d'amour aussi. Pourtant, il me faudra me contenter de ces conversations volées pour continuer à m'imaginer que je vis un peu, à travers eux.  

    « Terrains glissants, dérapages assurésPoème un peu en vrac »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    la fllibust
    Samedi 2 Novembre 2013 à 10:30
    la fllibust

    c'est vrai, parfois on ressent des sentiments similaires au sein d'un groupe, mais il y a toujours quand même quelqu'un avec qui l'on peut parler de tout et un autre qui juge, on ne sait pourquoi et qui nous met mal à l'aise, la vie est ainsi

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Asphodèle85
    Samedi 2 Novembre 2013 à 12:28
    Asphodèle85

    Ha ce sentiment d'isolement au milieu d'un groupe, je pense que tout le monde l'a ressenti au moins une fois dans sa vie ! Pas facile de faire confiance quand on s'est senti rejeté ! Mais il faut perséverer ou au contraire s'isoler pour ne pas en souffrir ! ;)

    3
    Samedi 2 Novembre 2013 à 12:44

    Ce texte est touchant car il fait écho pour de nombreuse personne je pense. En effet qui n'a jamais vécu ce genre d'expèrience? Bravo. Bonne continuation.

    4
    Samedi 2 Novembre 2013 à 17:20

    Oui, ça nous est tous arrivé cette intense solitude en multitude.

    5
    Samedi 2 Novembre 2013 à 17:28

    une situation fréquente malheureusement quelque soit l'âge 

     

    6
    Samedi 2 Novembre 2013 à 18:14
    José61

    Bon, je reviendrai la prochaine fois... journée chargée avec la petite famille!

    7
    Soène69
    Samedi 2 Novembre 2013 à 19:37

    Bon alors c'est quoi ? Y'a une autre Soène ? C'est pas possible !!
    Isolée à cause de sa timidité ? ou à cause de ses ondes négatives, ce qui est plus grave, mais c'est à elle de faire en sorte de renverser la vapeur
    Bon dimanche et bises de Lyon

    8
    Samedi 2 Novembre 2013 à 20:59

    Derrière tous ces manques il y a le manque de confiance en soi,merci pour ce texte qui npus concerne tous.

    9
    Samedi 2 Novembre 2013 à 21:00
    laure danse

    Eh oui parfois on se sent rejeté mais peut-être est-ce aussi pour mieux se retrouver et se comprendre avec soi-même ;) Il y a un temps pour tout. La solitude en fait partie aussi :) Puis on trouve toujours des personnes intéressantes, un jour ou l'autre. Apprendre le rejet c'est aussi apprendre l'empathie parce qu'ainsi on observe, on écoute et on apprend :)

    10
    Samedi 2 Novembre 2013 à 22:46

    Pauvre petite chose...c'est si bien raconté qu'on a envie de la prendre dans ses bras et de la consoler...

    11
    Dimanche 3 Novembre 2013 à 06:24
    patchcath

    quelle tristesse ressentie à la lecture de ce post...

    dis, le temps gris a déteint sur ta page et tes mots

    et c'est très beau

    12
    Dimanche 3 Novembre 2013 à 11:28
    ceriat

     Très beau ton texte empli de solitude au sein d'un groupe.

    13
    Dimanche 3 Novembre 2013 à 20:23

    Pas mal! ce que j'aime dans ce texte, c'est l'absence d'effets de style, et pourtant, l'émotion qui prend à la lecture... et puis je le répète, je serais bien incapable de me débrouiller ainsi avec des mots imposés!

    14
    Dimanche 3 Novembre 2013 à 22:48

    @Sophie :ce n'est pas si difficile... tu devrais esayer et je suis sûre que tu réussirais à les placer tous ces mots.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :