• Les démons de Cloclo

    C'est finalement amusant de constater certaines choses. Auparavant, j'étais une fan solitaire. Je savais que j'étais fan parce que je savais ce que je ressentais pour mon idole : admiration, respect, intérêt... La présence d'autres fans ne me manquait pas, peut-être un peu par jalousie, en me disant que Claude François n'appartenait qu'à moi... sans pour autant croire à cette stupidité bien sûr. Mais, malgré tout, comme on se sent membre d'une espèce de communauté, on a envie de rencontrer d'autres fans... pour partager des connaissances et pouvoir parler de notre idole sans regard accusateur, moqueur, ou simplement blasé.

    Alors, j'ai rencontré des fans... Au début, c'était assez formidable de découvrir plein de choses que j'ignorais tant que je restais enfermée seule avec ma passion. Et puis, au fil du temps, comme la communauté des fans n'est pas très différente d'une communauté tout court, on découvre des détails qui donneraient plutôt envie de retourner s'enfermer dans une tour d'ivoire avec quelques disques et quelques posters comme avant.

    Avant de rencontrer des fans, j'étais selon moi une fan, tout simplement. Mais j'ai appris qu'il existe selon certaines personnes de bons et de mauvais fans. Dès qu'on pénètre dans cet univers, on est donc catalogué dans l'une ou l'autre catégorie. Il y a d'un côté les bénis et de l'autre les damnés. On ne sait pas trop comment ni pourquoi on aterrit dans la bonne ou dans la mauvaise. On découvre juste qu'on y est. Comment sortir de la mauvaise quand on a le malheur d'y être ? Impossible ! Les bons fans, les bénis du Dieu, n'acceptent aucune erreur et donc, pas d'amnistie, pas d'absolution pour ceux qui ont un jour désobéi à la grande règle de la pensée unique : "Une seule idole tu adoreras, jamais en mal d'elle tu ne parleras, en louanges tu te répandras."

    A partir de là tout est dit. Une seule dérogation à ces commandements et c'est la damnation assurée. Inutile de dire que je suis bonne pour les flammes éternelles depuis longtemps. Je les sens régulièrement qui me chatouillent les orteils. D'ailleurs, hier on m'a traitée de sorcière et comme à Salem, on aimerait bien me voir rôtir sur un bûcher... cependant, à côté de moi, je pense qu'il serait bon d'installer un bûcher des vanités et donc des vaniteux et je pense que nous serions nombreux à crâmer en choeur !

    La mauvaise foi est de rigueur parmi les "saints fans"; ils se vautrent dans leur paradis de calomnies, de traitrises et de mensonges mais même au milieu de toutes ces déchéances, de tous ces péchés reconnus et avérés les démons dont je fais partie (non sans une certaine fierté parce qu'au moins j'ai su conserver mon libre arbitre, moi) n'ont pourtant droit à aucun pardon et aucune absolution n'est possible. Amen !

    « Vanité quand tu nous tiensDe l'incompréhension entre les êtres »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :