• Le creux de la vague

    Bon, bon, bon... Je crois qu'il ne faut pas se voiler la face : c'est une période creuse. Déjà, je n'ai rien écrit depuis un bout de temps ici (ou ailleurs, même pas un brouillon, rien ! Nada ! ). C'est pas bon signe !

    Ensuite, ce n'est pas que quelque chose va mal, non... c'est plutôt que rien ne va bien. Tout à l'heure encore, je parlais de catastrophe dérisoire et c'est un peu ça. Oh, vous connaissez certainement aussi. Ce sont ces moments où il n'y a objectivement aucune raison valable de se plaindre et pourtant, tout va de travers ou, en tout cas, pas droit. C'est comme ça depuis quelques jours. Ce que j'entreprends foire lamentablement. Tout ! Rien ne marche comme je voudrais, comme c'est prévu, comme il faudrait. En conséquence, j'ai même du mal à entreprendre d'entreprendre quoique ce soit. A part dormir. Ça c'est bien. Et au moins, il n'y a pas trop de risque d'être déçue. Quoique... je serais bien capable de rater mes rêves... 

    Pourtant, aujourd'hui, une sorte d'élan de volonté m'a poussée à aller proposer mon bouquin dans une librairie. J'y songeais mais je n'osais pas. Là, j'ai osé. Sauf que je suis dans le creux de la vague pour tout ! J'aurais dû y songer avant ! Donc, comment espérer que ça va se passer différemment ? Tiens, rien que ce que je pensais faire pour expliquer ma démarche et tout ça... eh ben, ça n'a pas pu avoir lieu puisque la personne responsable n'était pas disponible. Je comptais lui exposer mes idées, mes projets, mes envies. Lui faire comprendre que ce n'est pas juste une lubie comme ça, passagère, que j'écris depuis longtemps... Bref, vendre mon truc, quoi. Mais rien n'a été possible. La fille de l'accueil, bien aimable ma foi, m'a expliqué que la responsable ne pouvait pas me recevoir, que c'était difficile, qu'elle avait des rendez-vous... J'aurais dû partir en disant que je repasserai de temps à autre mais non, je suis restée et j'ai un peu insisté. Donc, elle m'a demandé mes coordonnées et j'ai laissé un exemplaire pour qu'elle jette un œil quand elle aura du temps. Ça ressemble un peu à "Merci pour votre CV. On vous contactera." J'aurais dû attendre. Attendre d'avoir basculé du côté clair de la force. 

    En plus, je me connais. Si elle ne me rappelle pas ou bien qu'elle me rappelle pour me dire qu'elle a regardé mon livre mais qu'il ne rentre pas dans les critères de ce qu'elle a l'habitude de vendre et bla bla bla, je vais me dire que ça ne sert à rien d'écrire.

    Ah ben oui. Je suis comme ça. Que des collègues/copains/amis me disent que mes nouvelles sont agréables à lire est une chose, agréable à entendre, évidemment. Mais, là, j'ai osé mettre le nez, enfin, plutôt un orteil, chez des professionnels, des gens qui voient passer des tas d'ouvrages et qui vont se demander comment j'ai pu avoir cette audace. Alors, gentiment, ils vont me renvoyer dans mes pénates avec mes p'tites histoires en me rappelant que j'ai la chance d'avoir un autre métier pour subvenir à mes besoins... Pourquoi en serait-il autrement ? Hein ? Parmi les millions de gens qui écrivent, comment puis-je encore avoir l'idée que ça pourrait les intéresser dans cette grande librairie ? J'aurais vraiment dû attendre... la saint glinglin. 

    D'ici cette fameuse fête qui n'arrive jamais, j'aimerais bien qu'il se produise un truc positif afin d'avoir un peu envie de me réveiller de temps à autre ! 

    ps : c'est bien ce que je craignais... refusé. 

    « Un vrac quelque peu désabuséTraduction automatique ??? »

  • Commentaires

    1
    Tana
    Mardi 8 Mars 2016 à 19:53

    Tu as du talent, mais c'est difficile de percer sans relation, en passant par la petite porte. Il n'y a plus qu'à frapper frapper, pour que la porte s’entrouvre, qu'on enlève la chaîne et tu puisses être reconnue. Persévère, au moins, toi, tu as des qualités...

    2
    Mardi 8 Mars 2016 à 20:52

    Je viens de recevoir la réponse : elle est négative. Si ça se trouve, elle s'est bien marrée, la fille, en voyant mon p'tit truc amateur... 

    3
    do lupin
    Mardi 8 Mars 2016 à 20:58

    C'est une libraire. Quelle est sa légitimité pour juger de la qualité d'une oeuvre? Qu'avait-elle à perdre à prendre quelques livres?

    4
    Mardi 8 Mars 2016 à 21:03

    Justement, c'est aussi ce que je me disais. Ce n'est donc décidément pas bon signe. 

    5
    do lupin
    Mardi 8 Mars 2016 à 21:06

    Attends un peu et essaye à nouveau dans une autre librairie.

    6
    Mardi 8 Mars 2016 à 21:08

    Oui, je vais faire ça. 

    7
    Juju
    Mercredi 9 Mars 2016 à 08:12

    La première victoire c'est déjà d'avoir écrit ces livres. L'accueil public n'arrive pas systématiquement mais ce n'est pas bien grave après tout. Il est vrai que le nombre de publications dans ce domaine sont énormes et c'est bien souvent la chance qui permet à un auteur de sortir du lot, aucunement son talent. Je suis certain qu'il existe des tas de livres 'amateurs' qui sont de très bonne qualité mais il y a du monde au portillon... Les relations, la chance, être là au bon endroit au bon moment, bref... Combien d'auteurs ont été refusés à leur sortie ? Je pense notamment au bouquin de Julia Child, même si ce sont des livres de cuisine. Au début personne ne voulait d'elle, on lui a fait réécrire plusieurs fois son manuscrit et au final son bouquin a eu un succès phénoménal donc, il n'y a pas de recettes et il ne faut pas se décourager.

    Cela me fait songer que mon premier article scientifique a été publié dans un ouvrage ce mois ci et un autre va bientôt venir.

    Evidemment, j'ai passé la barrière tendue des sélections à outrance mais au final j'ai eu le droit à un peu de papier pour exposer mes idées. C'est pas grand chose de se dire qu'on aura le droit à une référence avec son nom lorsque l'on me cherchera dans les bibliothèques, mais je suis déjà très heureux de ça.  

    Tu pourrais proposer ton bouquin en l'envoyant à plusieurs librairies par voie postale en y adressant une lettre. Il y'en aura bien une pour t'accueillir. Et puis même si ça ne marche pas, tu es sur "Internet" et c'est là que la plupart des livres sont vendus donc tu as déjà cette chance là !

    8
    Mercredi 9 Mars 2016 à 19:10

    Quel courage ! tu m'épates ! Je n'ai pas osé franchir la porte du libraire d'à côté avec le livre de mon fils ! (pourtant il s'est très bien vendu, tout le tirage est épuisé !) Mais essayer de me faire éditer moi, jamais je n'oserai ! Bon tu sais, cette fin d'hiver, tous les ans c'est difficile. Tout le monde a cette sensation qu'on n'arrive plus à rien. Besoin de soleil. De chaleur... Et puis l'ambiance générale... Dès que l'on allume la radio, la télé, qu'on ouvre un journal, cette avalanche d'inepties, cette destruction systématique de toutes nos valeurs... ça use... ça ronge... Ton bouquin, tu l'as fait, tu laisseras ta trace... Tiens allez je vais l'acheter !

    9
    Mercredi 9 Mars 2016 à 19:49

    Je sais bien. Si je l'ai écrit, c'est aussi pour laisser une trace mais il est cher et les frais d'envoi le sont encore plus. Sauf sur Amazon. Si vraiment tu voulais l'acheter, passe plutôt par amazon. 

    Sinon, oui, je crois que c'est une période creuse pour tout le monde. Rien ne va. Il faudrait s'isoler de tout et du monde pour reprendre un peu d'espoir. 

    10
    do lupin
    Mercredi 9 Mars 2016 à 22:38

    Moi, je pense qu'il faudrait plutôt se rapprocher des autres. Leur demander comment ça va en le pensant vraiment. Je le dis avec amertume.

     

    11
    Jeudi 10 Mars 2016 à 17:08

    Il me semble que lorsque je le demande, je le pense justement. Peut-être ne le fais-je pas assez souvent, je l'admets. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :