• L'amour en mots...

    Le dernier article de Maître Po m'inspire. Il vient de rendre un magnifique hommage à son chat, Bubulle. Tout ce qu'il dit sur ce miracle de l'amour d'un animal est tellement vrai et profond. On aime son animal et on en est aimé en retour sans faux-semblants, sans tricheries, sans hypocrisie. Le lien qui nous unit à lui est très fort et assez exceptionnel, au point que ceux qui n'ont jamais eu d'animal ne peuvent pas comprendre.

    Avec un animal que l'on aime et qui nous aime, tout est tellement simple. Pas de questions à se poser. Et puis, surtout, pas besoin de cette foutue pudeur qui nous empêche de dire tellement de choses... Je peux dire à mon chat que je l'aime. Je sais que même s'il ne comprend pas les mots, il ressent ce que je veux dire et il sait que c'est vrai. Avec les humains, c'est tellement différent... Je ne peux pas dire aux gens que j'aime ce que je pense. D'abord par pudeur. Les mots ne viendraient pas et puis même s'ils venaient ils ne seraient pas à la hauteur. Et puis aussi par peur. Les gens veulent bien qu'on les aime mais dès qu'on le leur dit, on se met en danger... L'amour fait peur aux amis... On peut les aimer mais en silence parce que si on le leur dit, aussitôt ne vont-ils pas se demander si on n'est pas "amoureux" ? Eh oui... 

    Et puis, bien sûr ce ne seraient que des mots... rien de plus, rien de moins, futiles ou profonds, sincères ou hypocrites, éphémères ou durables. Parfois, pour certains, c'est facile de dire qu'ils aiment quelqu'un, très vite même, trop vite peut-être. Les mots d'amour ils les jettent comme autant de petits cailloux... tout autour d'eux comme autant de chemins qu'ils ont commencé à prendre mais qu'ils ne suivront pas jusqu'au bout, sans même en avoir toujours conscience d'ailleurs.

    Moi, j'ai toujours gardé précieusement, dans mes poings fermés, mes petits cailloux parce qu'avec les mots d'Amour (attention, je parle d'Amour au sens large et pas de relation amoureuse !), je suis comme ça... pudique, effrayée, renfermée. J'ai conscience que ce ne sont que des mots mais j'aimerais pouvoir les partager, lancer mes petits cailloux et suivre jusqu'au bout tous les chemins qu'ils me montrent. J'aimerais inventer les mots qui me manquent pour exprimer avec une parfaite précision ce que j'ai en moi. Mais, qui les comprendrait, mes mots ? Qui les croirait même ? Qui n'y verrait pas quelque chose de malsain ? De louche ? De désespéré ? De stupide ? De pitoyable ? On n'a pas toujours le droit d'aimer. Parfois, je voudrais tellement les entendre aussi... mais les croirais-je ? Moi qui doute toujours de tout... et si jamais j'y croyais, si par miracle j'y croyais, peut-être que je me laisserais bercer par un mirage qui ne signifie pas grand chose finalement...

    Je reste donc ainsi, les poings serrés, ensanglantés par les cailloux que je ne lâche jamais, tenaillée entre l'envie de dire et celle de me taire, l'envie d'entendre ces mots qui me manquent tant et la peur de me perdre sur un chemin qui n'arrive nulle part.

    « Et voilà le 1000e est tombé !Ugly Betty ou le triomphe des moches... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 9 Avril 2008 à 08:18
    véro
    Tu me fais penser à un petit animal sauvage qui voudrait bien une caresse mais qui craint cette main tendue vers lui. Il ne sait pas encore que cette main peut aussi être douce et donner plutôt que d'avoir envie de prendre et blesser...
    On dit aussi, et tu connais :
    QUI TENTE RIEN N'A RIEN
    amitiés
    2
    Mercredi 9 Avril 2008 à 09:21
    Très touchant. Tu sais, bien souvent, on se rend compte des choses sans avoir besoin de les entendre.Les personnes les plus expansives ne sont pas toujours les plus sincères.
    3
    Mercredi 9 Avril 2008 à 12:26
    Sabine
    Très émouvant....
    Bon courage....
    Bonne journée et plein de gros bisous
    4
    Mercredi 9 Avril 2008 à 12:56
    Chapo
    Tu as raison dans ce que tu dis, mais tu risque de passer à coté de belles choses. Je n'ai pas cinquante amies, les vraies je les comptes sur ma main facilement car j'en ai deux dont une que tu connais et l'autre j'en parle sur mon blog pour la création du siens. Avec cette dernière je n'ai jamais réellement dit les choses comme je les ressentais et grace à un petit questionnaire sur le net j'ai avoué l'importance qu'elle avait pour moi et en fait j'avais la même importance pour elle, alors fonce et n'hésites pas à le dire selon les personnes.
    Bisous Béa
    5
    Mercredi 9 Avril 2008 à 23:42
    Jacques L Ardéchois.
    C'est parfois bon de se lacher... Il y a des gens qui savent dire à tout moments de la journée  "je t'aime" " mon chéri" ou "ma chérie"... 
    Faut-il les envier !... That is the question...
    6
    Vendredi 11 Avril 2008 à 14:25
    chapi
    il y a un passage de ce que tu as écris, où je retrouve ce que je ressens à 200%. Je ne peux pas - pour une fois - en rajouter... mais il est fort en émotions cet article et je suis contente que tu abordes un sujet aussi délicat, histoire de mettre des mots justes, mais silencieux, sur plein de choses.... désolée je suis super maladroite sur ce coup-là mais je suis sûre que tu comprends Béa, bisous. A bientôt
    7
    Mardi 15 Avril 2008 à 18:14
    Pensée
    Çä fait un moment que je n'avais pas lu un article comme celui-ci, très touchant Béa et très juste. Et je fais partie de ces gens qui trouvent en les animaux une tendresse, un lien très fort, tellement sincère et inconditionnel ce genre d'amour que l'on ressent et eux ressentent envers pour nous. Une sérénité que l'on ne peut malheureusement avoir en permanence avec des personnes... mais l'humain est fait ainsi. Et avec les animaux il n'y a aucune condition dans ce partage... t'as pas à sourire de force, à t'empêcher de verser des larmes au cas où... t'habiller de telle façon ou pas du tout ! être petite, obèse, blonde, brune... ETC. Alors tout ceci ne fait aucunement partie entre la relation avec notre petit chat ou nos oiseaux ou notre pitou, rien sauf le bonheur d'être là ensemble !!

    Merci pour ce beau texte encore une fois Béatrice, bisous

    8
    Mercredi 16 Avril 2008 à 07:41
    DJU770

    Un joli texte !
    Voilà un poème que j'ai écrit. A bientôt sur mon blog !

    PRESENCE
    TU DORS ENCORE ET JE ME REVEILLE
    JE TE SAIS, JE T'ATTENDS, TOI MON PETIT SOLEIL
    SUR MON CAFE ENCORE ENDORMI
    NOIR EST CE MATIN, NOIRE EST LA NUIT

    SUR LA TABLE UNE FRAGILE FLEUR ROUGE
    QUI AU MOINDRE SOUFFLE BOUGE
    DEJA UN SIGNE DE TA PRESENCE
    AU MILIEU DE CE BIENFAISANT SILENCE

    PUIS JE SUIS DANS MA DOUCHE
    DERRIERE LA PORTE, TA VOIX, TA BOUCHE
    QUI ME CRIE UN JOYEUX : BONJOUR !
    ET ME PRESSE A PASSER AU SEJOUR

    SUR LE TROTTOIR VITE JE MARCHE
    POURTANT SEUL, JE SENS TA DEMARCHE
    ET TA CHALEUR, ET TON PARFUM
    QUI M'ACCOMPAGNENT EN CE BEAU MATIN

    DEVANT MON ECRAN ENDORMI
    JE REPENSE A CETTE NUIT
    A TON VENTRE, A TES FESSES
    A TOUTES NOS PROUESSES

    VITE JE TERMINE
    DEJA LE JOUR DECLINE
    J'AI HATE DE RETROUVER
    LE PETIT SOLEIL DE MES JOURNEES

    DJU770

    9
    Lundi 28 Avril 2008 à 01:12
    Merci, Béatrice, pour les compliments, et merci aussi à Vivien ;-)

    Tu sais, l'amour, cela peut se dire, mais cela peut aussi se montrer. Et il ne faut pas oublier que ça peut aussi se voir ;-Þ
    Le véritable amour ou la véritable amitié se devinent avant tout...
    10
    Vivien
    Dimanche 1er Juillet 2012 à 14:50
    Vivien
    Suite à la lecture de ton article je suis allé voir le blog de Maître Po et j'y ai découvert Bubulle. Qu'il est beau ce chat !! Il me rappelle le mien que j'ai malheureusement laissé à ma mère à cause de mon arrivée sur la région parisienne. Maître Po a vraiment pris de splendides clichés de son compagnon et ça m'a fait du bien de voir cette petite frimousse !! Je pense que la première chose que je ferai quand je serai "chez moi" sera d'en prendre un, ça me manque beaucoup cette présence qui n'a l'air de rien mais qui apporte tant !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :