• Ecritures du soir.... espoirs ou désespoirs ?

    Il y a une question que je me pose souvent : comment une idée peut-elle nous paraître géniale le soir et débile le lendemain matin ? Il ne s'est passé que quelques heures et un truc qu'on trouvait bien nous semble tout à coup stupide. Pour moi, ce sont souvent des courriers que j'écris, qu'ils soient virtuels ou réels peu importe. Le soir, j'écris. Je dis des choses que je ressens, des choses qui me semblent importantes et au matin, si j'ai la chance de me relire je me demande comment j'ai pu écrire ça... Ce n'est pas tellement que je regrette de l'avoir écrit, c'est plus que je ne me vois pas transmettre ce courrier à la personne concernée. Pourtant, la veille au moment de l'écriture, ça me semblait tellement juste, tellement vrai... Et puis, même les réactions de la personne, je les voyais positives or au matin, je me dis que s'il/elle lit ça, ce sera la catastrophe...

    Et pourtant, c'est souvent le soir, dans des moments de réfléxion et de solitude que j'ai envie d'écrire à des gens pour leur dire certaines choses parce que j'ai besoin de le leur dire et parce que j'estime qu'ils auraient peut-être besoin de le savoir pour me comprendre. En réalité, ce que j'oublie le soir c'est qu'ils se posent bien moins de questions que moi et que ma prose, loin de les rassurer ou de les éclairer, risque fort de les agacer, de les énerver ou pire de les fâcher.

    Je ne devrais donc plus écrire le soir parce qu'il y a sans doute ce trop plein d'émotions de la journée qui vient interférer entre ma raison et mes sentiments... je ne suis plus tout à fait maître de mes paroles. Je ne vois plus bien les causes et les conséquences, les tenants et les aboutissants. Je suis sur le "ressenti" immédiat et je suis incapable d'avoir une vision claire qui me permettrait quelquefois d'anticiper la réaction des autres et d'éviter de les déranger avec mes problèmes existentiels.

    Alors, vous allez me dire que je n'ai qu'à prendre la bonne résolution de ne plus jamais rien écrire le soir ou en tout cas de ne plus jamais expédier ce que j'ai pu écrire à ce moment de la journée... Ben oui, j'y ai déjà pensé mais, souvent, ça me paraît tellement bien sur le moment que je me dis qu'il faut vraiment que ce soit lu. Un peu comme si la solution à tous mes problèmes était au bout de cette missive que finalement la plupart du temps, je ferais bien mieux de garder pour moi.

    « En ce moment (et régulièrement) sur over-blog"Je suis une légende" »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 8 Janvier 2008 à 15:50
    Anne
    Bonjour Béatrice. Ton article est très intéressant. Effectivement, ta conclusion est peut-être la bonne. L'expérience m'a montré qu'écrire certaines choses "à vif" n'apporte rien de bon, bien au contraire. Je crois qu'il faut, lorsque nous nous sentons submergé par nos émotions, prendre sur nous et attendre de reprendre nos esprits. Si le problème persiste, il faut peut-être alors le faire sortir. Mais la précipitation n'a jamais été une solution, je pense. Bonne continuation ! ;-)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :