• Bon, c'est décidé. Après mes nouvelles, je vais aussi publier mes textes poétiques. Les récents. J'ai une affection particulière pour les anciens mais lorsque je les relis, je ne m'y retrouve plus. Je me souviens bien sûr de ce qui me motivait à l'époque, de mes sentiments au moment de l'écriture mais, ça ne colle plus. Je suppose que c'est aussi ça, vieillir... ne plus tout à fait reconnaître celle qu'on était vingt ou même quinze ans avant. S'en souvenir comme d'une autre personne, presque. Une sorte de vieille connaissance dont on garde finalement assez peu de choses. Quelques bons ou mauvais moments. Mais lointains. 

    Les textes que j'ai écrits récemment posent problème cependant. Ils vont, pour certains, un peu trop loin. D'ailleurs, je ne les ai pas publiés ici. Par pudeur. Par crainte. Pourtant, ils sont moi. Mon "nouveau" moi. D'un côté, j'ai envie de les faire connaître. D'un autre, je n'ai surtout pas envie de les dévoiler et encore moins de les expliquer. Heureusement, on peut les interpréter de plusieurs façons... chacun pourra trouver la sienne sans s'approcher trop près de la mienne. 

    Bizarrement, je suis contente de mes petites nouvelles et d'avoir réussi à faire un certain nombre de pages mais, je ne les "aime" pas autant que mes poèmes. Pour eux, c'est plus fort. Ça l'a toujours été, en fait. Sauf que je sais que la poésie c'est plus difficile à faire passer. Moins facile à lire. Tant pis. J'auto-publierai aussi quelques uns de mes poèmes. Tous les récents. Quelques anciens quand même, sans doute, parce que tout ne m'est pas devenu étranger non plus ! Il va falloir trier et choisir. J'ai déjà le titre. Reste à aller sur un site de publication et de réussir à tout mettre en page... 

     


    3 commentaires
  • Les plumes 18 -  Le feuVoici ma modeste participation au thème du feu chez Asphodèle. Il fallait placer les mots suivants :

    Chaleur, soleil, jeu, âtre, glace, bois, passion, fascinant, brûler, enfer, flammes, braises, purifier, intense, syncopé, secousse, sable. 

     

     

    Ce qui a donné ceci :

     

    Marre de toutes ces secousses ! Si j'avais su que le voyage serait aussi mouvementé, j'aurais évité de me lancer dans ce jeu stupide ! Et puis cette musique aux rythmes syncopés m'insupporte. Je ne ferai pas mes compliments à cette agence qui vous promet chaleur, soleil et sable blanc ! Quoique, pour la chaleur, je n'ai pas à me plaindre. On se croirait près de l'âtre, devant un bon feu de bois. Mais, pour le reste, tintin !

    Ah, on m'avait prévenu que ce serait fascinant comme expérience, et je ne suis pas déçue. Allez, hop... atterrissage, enfin. C'est pas trop tôt ! J'ai l'impression d'être passée sous un camion, moi ! J'ai mal partout ! J'espère qu'ils ont des salons de massage parce que là, je ressens une fatigue tellement intense que je pourrais dormir pour l'éternité. Mais, pas le temps. Je sens brûler en moi les délices de la passion, exactement comme ils avaient dit. D'un autre côté, je ne suis pas sûre que ce qui brûle en moi soit si délicieux... C'est un peu étrange.

    Autour de moi, tout le monde marche bizarrement, comme sur des braises ardentes. Je regarde à mes pieds... point de sable mais une sorte de lave écarlate qui, étrangement, ne me fait aucun mal. L'animateur du jeu avait dit « Jamais vous ne vous serez senti aussi bien. Votre corps sera comme purifié. ». Tu penses que j'ai sauté sur l'occasion ! Avec toutes les conneries que j'ai pu faire, de la purification corporelle et spirituelle, j'en ai bien besoin. Pourtant, j'avais rêvé d'un endroit plus sympathique, plus coloré... La déco est un peu trop rouge à mon goût. Tout le monde sait que cette couleur n'est pas propice au repos. Et puis, cette chaleur est quand même vraiment étouffante à force. Je me taperais bien une bonne glace, moi... Quoi ? C'est les vacances ! Mon régime, j'y penserai à mon retour, hein ! On n'a qu'une vie ! Sauf que ma glace, si jamais j'en trouve une, elle ne va pas faire long feu parmi toutes ces flammes ! Faudra l'avaler très vite ! Je vais m'approcher de ce gentil monsieur au rire si tonitruant... On croirait la voix qu'on entend à la fin de la chanson « Thriller » de Michael Jackson. Après tout, c'est peut-être une animation ! On nous avait assuré qu'il y aurait une ambiance du tonnerre ! En tout cas, il semble accueillir les touristes. Je vais essayer d'avoir des infos pour ma glace !

        « Bonjour, quelle chaleur, hein ?!

       -Faudra vous y habituer, m'dame ! C'est l'enfer ici ! »

     

     

    ps : ce texte fera partie de mon recueil de nouvelles, probablement. Il sera développé largement pour l'occasion (ici, il s'agit de ne pas faire trop long)


    12 commentaires
  • écritureBon... j'ai le temps... je suis tranquille... je n'ai aucune obligation... j'ai envie d'écrire, vraiment, mais... je manque d'inspiration. Enfin, non. Je suis dans cette phase assez frustrante durant laquelle je sens que j'ai des choses à écrire mais je n'arrive pas à les organiser. D'autres fois, il faut le reconnaître, c'est le vide intersidéral qui (me sidère- jeu de mot un peu nul) m'exaspère mais contre lequel je ne peux trop rien. Là, ce n'est pas le cas. Les mots, je les entends, je les ressens et je sais qu'ils ont envie de sortir sauf qu'ils sortent tellement dans le désordre que ça ne donne rien de bon. J'aime pas. Le vide non plus j'aime pas. Il faudrait peut-être un peu plus de concentration... oui c'est ça, de la concentration. Sauf que quand je n'ai rien à faire, j'ai plein de possibilités qui m'appellent et me tentent : internet, la console de jeu, des DVD ou l'écriture... et je n'arrive pas à choisir ni à me fixer sur un truc. Surtout l'écriture. Pourtant, il faudrait. J'ai encore pas mal de textes à rédiger avant d'envisager de m'auto-publier. Ça fait très prétentieux, hein ? Pourtant, pas tant que ça. Il ne me semble pas en tout cas. Je ne dis pas que ce que j'écris mérite d'être publié. Et d'ailleurs, je ne tente même pas le coup auprès d'un éditeur sérieux et tout. Non. Je veux juste me faire plaisir en offrant un livre à mes textes. Pour le fun. Pour avoir un peu, un instant, l'illusion d'avoir été écrivain. Mon rêve de toujours, comme vous le savez. 

    J'ai la prétention d'aimer écrire. C'est tout. Si je me débrouille bien avec les mots, mieux qu'avec les gens, j'ai envie de le concrétiser. Par un livre. C'est con parce que ça ne va pas servir à grand chose. Bien sûr, j'aurais préféré être repérée par un éditeur et être publiée pour de vrai mais, là, si j'avais cette prétention, ce serait prétentieux. Je l'ai eue. Je ne l'ai plus. En vieillissant,souvent, on devient plus réaliste à propos de soi et de ses talents. J'aime écrire. Mon talent se limite à cela. Et ça ne suffit pas. 

    Il me reste donc encore quelques textes à rédiger. Et je ne le fais pas. Alors que j'ai le temps et l'envie. Oh, ça viendra. Je vais y arriver. Je ne m'inquiète pas pour ça. Mais je ne sais pas quand l'inspiration ordonnée viendra frapper à mon écran. 


    8 commentaires
  •  

    Il est de ces raisons qu'on voudrait être torts

    Et de ces déraisons qu'on contrôle à moitié

    Il est de ces promesses qu'on n'aimerait pas tenir

    Et de ces horizons qu'on prétend encore voir.

    A l'ombre d'un certain confort,

    Derrière les sourires falsifiés,

    La certitude folle ne cesse de grandir.

    Elle s'impose tandis qu'on ne veut pas y croire

    Parce qu'on ne sait jamais,

    Parce qu'on a tout le temps,

    Parce que rien n'est perdu,

    Et qu'il faut continuer.

    Cela reste caché, enfoui, au secret

    Quel drôle de sentiment...

    Et puis on s'habitue

    A ne rien dévoiler.

    Il ne fait même plus mal

    Ce terrible fléau

    Il ronge, et c'est normal,

    Ce qu'il reste de beau.

     

     

     

     


    11 commentaires
  • Si je pouvais vous dire mes angoisses et mes peurs,

    Je prendrais tous mes mots et je les choisirais

    Pour ne pas vous choquer mais pour vous faire comprendre

    Je crierais mes douleurs

    Et je les chasserais

    Juste pour m'en défendre

    Si je me racontais

    Loin de tout artifice

    J'attraperais mes vérités

    Et peut-être même mes vices

    Je les exposerais, non pour les admirer

    Mais pour m'en délivrer

    Un peu.

    J'exploserais mon âme pour tout recommencer

    Brûlerais mes terreurs pour enfin exister

    Décharger ce fardeau dont je suis accablée

    Balancer les fléaux que je me suis créés

    Et puis, je pleurerais dans vos bras bienfaisants

    Sans honte, sans crainte et sans ressentiment

    Vous essaieriez d'en rire

    Parce que c'est un peu drôle

    D'être ainsi enfermée dans un si mauvais rôle.

    Vous me consoleriez car je suis une enfant

    Paumée dans la forêt attendant ses parents.

    Mais ça ne se fait pas

    On n'est pas là pour ça

    Surtout quand on est grand.


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique