• Du temps qui passe, encore et toujours

    Il y a de joyeux anniversaires que l'on craint, que l'on voudrait éviter. Ne pas les fêter ou ne pas les souhaiter n'y change rien. Ils sont là, chaque année... ils reviennent, ils s'amoncèlent, s'empilent les uns sur les autres jusqu'au jour où, on le sait, ils formeront une pile bien trop haute pour qu'elle puisse encore tenir debout. Dans la tête, cette addition inéluctable ne se ressent pas, pas vraiment mais le corps la subit, la gère du mieux qu'il peut jusqu'au jour où il ne le peut plus. Tout s'effondre alors. Il ne reste plus rien à part le souvenir douloureux des joyeux anniversaires qu'on aurait peut-être dû mieux souhaiter ou mieux fêter. Je voudrais tellement aujourd'hui arrêter le temps pour que s'arrête l'échafaudage infernal. Couper le fil du temps et me retrouver dans un infini paisible et rassurant, loin de cette angoisse et de cette terreur que je ressens sans cesse parce que je sais qu'un jour, toujours plus proche, les années seront trop lourdes et que tout sera fini, terminé, oublié.
    « Starsky et HutchRêve ou message ? »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 7 Juillet 2007 à 14:51
    Sérénité
    C'est très réaliste ce que tu décris ici mais le fait d'y penser de cette façon, sans que l'on puisse faire quoique ce soit car nous n'avons aucun contrôle là-dessus, c'est justement de le voir autrement pour vivre notre vie... notre présent... ce qui revient toujours à cela finalement. Cette semaine au retour à mon boulot après 2 mois de convalescence à cause de mon tunnel carpien et épaule, j'ai tellement souffert de douleur avec certains gestes à cause de ce nouveau problème que j'ai maintenant et probablement dû aussi parce que je vieillis :)) 46 ans et plus 20 ans...donc je peux paraître jeune comme mes amies me disent toujours mais mon corps et mes os à l'intérieur suit fidèlement lui quand même toutes ces années et cette semaine j'ai pensé exactement comme tu décris dans ce message... et j'ai commencé à me sentir mal, à même angoisser de la possibilité de rester avec des douleurs en vieillissant, d'où le désir d'être capable d'arrêter le temps afin de profiter encore de moments de vie sans douleur, sans vieillir, sans problèmes de santé... mais au fond je me suis vite aperçue qu'en n'ayant aucun contrôle sur cela je suis mieux dans les jours où il y a moins de douleur et d'autres situations moins drôles, d'en profiter au maximum afin que quand les journées plus sombres arrivent, je me sente quand même rempli de belles choses dans mon esprit et mon coeur.

    Sérénité
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :