• Dans l'enfer des salles d'attente

    Il y a quelques années, lorsque j'avais rendez-vous chez mon médecin, j'attendais en gros un quart d'heure avant de passer dans son cabinet. Aujourd'hui, c'est bien différent. Un nouveau docteur s'est installé et il faut compter entre 45 minutes et 1 heure avant d'être enfin appelé. A chaque fois, je pense que je devrais arriver avec 30 minutes de retard par rapport à l'heure prévue afin d'avoir moins longtemps à attendre mais, je me dis que comme par hasard si je faisais ça, il serait à peu près dans les temps et je raterai mon tour. Donc, bête et disciplinée, j'arrive toujours avec quelques minutes d'avance et j'attends donc, patiemment, de longues longues minutes. 

    Récemment, j'ai donc vu trois fois la salle d'attente en peu de temps et j'y ai passé en gros 2h30 en tout. Autant dire que j'ai eu le temps d'observer les autres patients, les plus nombreux banals, certains amusants, d'autres fort agaçants. Par exemple, l'autre jour, il y avait tellement de monde que certains attendaient debout. Eh bien, il y avait des familles entières qui étaient confortablement installées sur les chaises : le père, la mère, les frères et les soeurs (oh, oh... si j'avais un marteau...oups, je m'égare), la grand-mère, le grand-père... bref, ça prend allègrement toute une série de sièges alors que seul le petit dernier,  dans sa poussette, qui est malade. Et puis, à propos de lui... en général, au début, il est sage. Il a son biberon, son doudou et tout va bien. Mais, à chaque fois, faut que le grand frère ou la grande soeur (sont pires les filles !) aille l'emmerder jusqu'à ce qu'il se mette à hurler transperçant les tympans des autres patients déjà mal en point (s'ils sont là, c'est pas par plaisir, en général). Les parents, dans ces cas-là, font mine d'être absorbés par la lecture de magazines féminins passionnants, style "Non, c'est pas à moi ces gosses, me regardez pas comme ça...". Ou alors la variante c'est la mère qui murmure d'un ton blasé "Lauriane, arrêêêête d'embêter ton frère." sans effet, évidemment vue la conviction qu'elle y met... Et là, quand t'as un mal de crâne incroyable t'as bien envie de dire à la Laurianne et à sa mère ce que tu penses d'elles... mais comme tu es polie, tu te retiens.

    L'autre jour, c'était pas mal aussi : y'avait une petite fille de deux ans en gros qui était bien sage, ma foi (je crains toujours le pire quand il y a des gamins !). Et avec elle ses parents, moyenne d'âge 20 ans, qui chahutaient sur les sièges sous le regard médusé de leur fille qui rapidement a préféré aller s'occuper d'un bébé qui venait d'entrer avec son père. 

    Et puis, modernité oblige, il y a ceux qui à peine arrivés sortent leur téléphone portable et envoient sms sur sms, l'air profondément concentré (au moins, ceux-là foutent la paix...). Après, on a le p'tit minet sûr de son look et de sa beauté qui s'affale sur le siège, jambes bien écartées, qui s'étire et baille bruyamment avant de mettre ses écouteurs le plus fort possible (ça manque de musique par ici, c'est vrai mais bon, le rap, pas top...). Enfin, il y aussi celui ou elle qui se met à te fixer. Tu sais pas pourquoi mais au bout d'un moment, tu sais plus où te mettre pour avoir la paix, surtout que les magazines people ou politiques, tu les as déjà lus trois fois (ben oui si t'as déjà attendu deux fois 45 minutes avant, t'as eu le temps...).

    Donc, voilà mes aventures de salle d'attente. Si vous en avez, n'hésitez pas, j'adore ça...

    « Scandale au pays de Cloclo (encore !)Une semaine d'absence : conséquences ? »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 8 Septembre 2009 à 18:29
    Stream
    Oh ! je l' avais pas vu cet article, trop drôle tu penses comme moi dis donc
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :