• Dalida-"Téléphonez-moi"

     



    Ce soir j'avais envie de parler de cette chanson de Dalida, l'une de ses plus belles et encore une qui parle de suicide. C'est fou comme on lui a fait chanter des textes se rapportant à cette issue fatale... Etait-ce son sujet de prédilection ? Une sorte de fantôme qui la hantait sans cesse depuis qu'elle avait voulu partir après la mort de son ami... En tout cas, c'est un leitmotive dans ses chansons. 

    Celle-ci, j'aime bien... elle me fait penser à cette phrase que pascal Sevran avait dite en parlant de ce soir-là où Dalida a décidé d'en finir avec la vie. Il a dit qu'elle attendait un coup de fil et qu'il n'est jamais venu. Est-ce si simple ? Je ne sais pas mais il est possible que ce coup de téléphone l'aurait peut-être sauvée, au moins ce soir-là et peut-être même pour longtemps. Difficile de le dire Cette chanson montre la star et son côté tellement impénétrable que personne n'ose l'approcher alors qu'elle est une femme comme les autres, ou presque. Une femme qui aurait besoin de temps en temps qu'on prenne soin d'elle juste pour ce qu'elle est et non pour l'image qu'elle donne. Elle montre qu'on peut tout avoir : la beauté, la célébrité et la richesse et être malheureux malgré ça. Etre trop aimée par des inconnus et ne jamais être aimée
     vraiment, voilà le drame de Dalida et de plusieurs autres stars certainement. Ils étouffent sous un amour factice et sont désespérément seuls en dehors de leur monde de paillettes. La star abandonnée est un thème tellement fascinant et tellement triste à la fois, surtout quand on en arrive comme Dali à préférer la mort à cette vie d'illusions.
    « Faites ce que je dis...Tout va très bien, madame la marquise.... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 2 Octobre 2007 à 15:21
    tu as tout si bien dit ... rien à ajouter, sauf que je pense comme toi.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :