• Cicatrices de l'âme

    Pendant quelques semaines après mon accident, ou plutôt après avoir repris ma voiture, j'étais systématiquement stressée en arrivant aux ronds-points. Je regardais dans le rétro pour vérifier qu'aucune voiture n'allait me rentrer dedans au risque de voir à nouveau mon bras se déboîter. D'ailleurs, pour éviter tout risque, je lâchais le plus vite possible le volant et le levier de vitesses aprè avoir passé la première pour pouvoir quand même démarrer... Je ressentais une espèce de crainte, d'angoisse et même, à chaque fois, mon bras me faisait presque mal, comme s'il se rappelait de ce choc... Moi qui adore conduire, je n'aimais pas du tout ce sentiment d'angoisse et j'espérais que ce "traumatisme" ne durerait pas... mais vu que c'était la première fois qu'il m'arrivait un truc en voiture, je ne savais pas trop si ça passerait ou non.

    Et là, depuis quelques jours, ça va beaucoup mieux. Je n'y pense plus. J'arrive aux ronds-points zen... j'ai pris le réflexe de protéger mon bras au maximum et dès que possible mais je ne ressens plus cette anxiété fort désagréable... 

    Alors, m'est venue la réflexion suivante : on oublie bien plus vite, on cicatrise bien plus vite les blessures physiques que les blessures morales, non ? Bon, évidemment, je n'ai rien eu de bien grave, ceci explique peut-être cela. Mais bon, j'ai quand même supporté ma luxation pendant plusieurs heures sous morphine et je peux vous dire que ça fait très très mal... Mais, même si je sais que mon coude n'est franchement plus très solide, je ne fais pas une fixation sur ce problème. Ça ne m'angoisse plus, ça ne me dérange plus... Pourquoi est-ce différent avec les souffrances morales ? Il m'arrive encore d'avoir le coeur qui se serre en repensant à mon ancien meilleur ami qui m'a balancée comme une vieille chaussette il y a de cela 10 ans... Il suffit que je retourne dans un endroit où j'avais été avec lui et des souvenirs reviennent, douloureux... moins qu'au début de notre rupture mais quand même... un petit pincement se fait sentir, comme une blessure mal cicatrisée... 

    Alors, est-ce moi qui suis encore une fois une étrangeté de la nature ou bien cela vous arrive-t-il aussi d'oublier plus vite une blessure physique qu'une blessure morale ?
    « L'art de se soignerInsérer des videos "youtube" »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 5 Janvier 2008 à 19:48
    Crystal
    Non, tu n'es pas une étrangeté de la nature.

    C'est pareil pour moi. 

    J'ai eu des accidents qui m'ont traumatisé pendant quelque temps.

    Mais des blessures à l'âme qui me sont restés gravé dans le coeur pendant des années.

    Crystal
    2
    Samedi 5 Janvier 2008 à 20:50
    Sérénité
    Non Béatrice tu n'es pas une « étrangeté de la nature » !!! tu me fais bien rire et je trouve que tu es même souvent dure avec toi-même. Mais je pense en avoir déjà discuté avec toi... Tu as raison, oui les blessures morales restent et sont plus souffrantes que les blessures physiques. Et je sens aussi au travers de tes lignes des sentiments de colère, de déception et de tristesse à la fois. Ne t'en fais pas Béatrice, les choses vont se régler... laisse le temps un peu. Sincèrement, Sérénité
    3
    Samedi 5 Janvier 2008 à 21:11
    jacques
    En ce qui me concerne, les blessures physiques s'estompent avec le temps, mais les blessures morales " jamais ".......
    Ca fait souffrir, et bien souvent je fais semblant de les ignorer...
    Mais elles sont tenaces....
    Pour me rassurer, je me dis " c'est la vie ".......mais je n'arrive pas à m'en faire une raison....
    Comme nous sommes dans la confidence, et bien à 17 ans j'ai perdu le plus bel amour de ma vie......ma maman... et là ça fait mal... même encore maintenant....
    4
    alcarbone
    Dimanche 1er Juillet 2012 à 14:52
    mon premier amour, mon grand amour a été une histoire assez triste,je l'ai rencontrée au lycée, mais a la fin de l'année (les coups de foudre ça previent pas, il a suffit d'un regard ) .Que faire la connaitre ? oui bien sur mais la fin de l'année, on habite loin l'un et l' autre (j'etais interne, elle aussi) enfin bref ça a capoté, mais je l'aimais toujours, cette histoire m'a beaucoup fait souffrir ai eu du mal a m'en remettre puis le temps passe, la douleur s'etompe mais reste presente malgré qu'on a fait ou refait sa vie et quinze ans apres je l'ai revu, j'ai revu ma jolie lycéenne qui ne l'etait plus d'ailleurs. là j'ai vu que pendant toutes ces années j'avais regretté une personne en somme qui n'en valait pas la peine .
    Cette experience m'a beaucoup servi finalement , et m' aide beaucoup a relativiser les choses.
    Sans dec ne te mine pas pour tous ces aleas de la vie . Sois plus cool,souris et la vie te sourira .
    en esperant te remonter le moral pour cette journée .
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :