• Ca m'apprendra...

    On ne peut aider les gens que lorsqu'ils veulent être aidés. J'en ai eu la preuve tout récemment. Une jeune personne visiblement désespérée, désemparée, mal dans sa peau pour diverses raisons, paûmée en somme,  avait lancé de multiples appels au secours. Je l'ai écoutée, j'ai essayé de la comprendre en me disant que sa vie n'était pas facile, qu'elle avait souffert... Mais, aller toujours dans le sens des gens, les plaindre et tout accepter sous prétexte qu'ils souffrent, ce n'est pas comme ça qu'on leur rend service. On les enfonce dans leur malheur au contraire. Et le but, dans ces cas-là, c'est plutôt d'essayer de les faire aller mieux. Ouais, encore faut-il qu'ils souhaitent aller mieux. Là, c'était pas le cas. Après avoir tapé du poing sur la table et asséné quelques vérités qui dérangent, la demoiselle a mal réagi... Evidemment, lorsque tout le monde la plaignait, c'était vachement mieux.

    Je déteste ce genre de situation où on se met en quatre pour aider quelqu'un, sincèrement, et où ça se retourne contre soi parce que tout simplement ce que désirait la personne c'était se faire plaindre et rien d'autre. Elle n'est pas du tout décidée à s'en sortir, au contraire... et elle multiplie ces fameux appels qui poussent les gens à la plaindre...Pour moi, c'est terminé ce petit jeu. Et les autres qui éventuellement la plaignent encore, il y en a de moins en moins, heureusement, finiront aussi par y voir clair un jour ou l'autre. Et là, peut-être, la demoiselle en détresse comprendra-t-elle qu'elle doit accepter certaines remarques et certaines vérités si elle veut vraiment que les gens l'aident... 

    N'empêche que je trouve ça frustrant et presque vexant. Je ne devrais pas m'investir autant mais bon, j'aurais bien aimer l'aider cette jeune fille. Elle a claqué la porte au nez de tous ceux qui n'allaient pas dans le sens où elle le souhaitait : la plaindre pour tous ses malheurs et maintenant, elle s'accroche et entraîne dans sa tourmente ceux qui marchent encore, qui la consolent, la plaignent, pleurent avec elle sur sa vie dévastée... Ce n'est pas une bonne chose. Elle est trop jeune pour ne pas pouvoir réagir et là, personne ne l'aide vraiment à s'en sortir. Mais, tant pis... C'est son choix. J'ai fait ce que j'ai pu. J'ai ma consience pour moi. A elle de vivre avec la sienne à présent.
    « Je note mon prof...Taguée sur mes 7 secrets »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Février 2008 à 11:00
    Indigo
    On marche souvent sur des oeufs lorsqu'on essaye d'être "aidant".. il arrive que l'autre ne sois pas prêt à être aidé.. et forcemment on ne peut aider "malgré" l'autre.... certaines aides peuvent être efficaces uniquement sur du long terme...par le biais d'un lourd travail amenant l'autre à une prise de conscience...

    C'est vrai que c'est frustrant.. mais tu as essayé au moins.. par contre vois si tu peux passer le relais à une assistante sociale, ou l'infirmière, si la gamine te semble vraiment mal... ou bien dire à ses parents qu'il te semble qu'elle ne va pas bien...

    bon courage ma Béa !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :