• 40 ans d'évolution scolaire

    Voici une caricature qui résume à elle seule pourquoi et comment l'enseignement en est arrivé à un certain point de non-retour. Tout est inversé. Le prof n'est plus respecté ni considéré comme respectable. On a sappé son autorité au profit de celle de l'élève "au centre du système scolaire" ce qui revient à dire "l'élève-roi" qui colle, évidemment avec l'enfant-roi qu'il est devenu à la maison. Tout n'était pas génial il y a 40 ans, loin de là, mais au moins les gosses travaillaient un peu, étaient motivés au moins pour plaire à leurs parents... et même si ce n'est pas une raison suffisante, c'était au moins une bonne raison qu'on voit de plus en plus rarement aujourd'hui avec quelques parents qui se moquent éperdument des résultats de leur cher bambin et qui le lui font comprendre. Sauf qu'un enfant a besoin, même assez tard dans son évolution, de savoir que ce qui'il réalise fait plaisir autour de lui. Or, les parents sont les premiers à trouver des excuses aux enfants :"On est tous nuls dans la famille.", "Moi-même j'ai jamais rien pigé en math", "Sa soeur aussi était nulle, pourquoi lui il y arriverait ?", "Toute façon, avec ou sans le bac, il f'ra chômeur", "Pi ça sert à quoi tous vos trucs que vous lui faites apprendre, hein ?Moi, j'ai pas été à l'école et j'ai un bon boulot."... J'en passe et des meilleures... Et les gamins enregistrent tout ça, à longueur de temps... Sachant qu'en plus on leur fait comprendre que l'essentiel est dans le plaisir immédiat, dans les loisirs, dans le fun, rien n'est plus logique que leur démotivation totale que l'on subit actuellement.

    Les enfants (et pas seulement eux d'ailleurs) ont toujours eu un côté paresseux. On est tous un peu comme ça, on aimerait mieux s'amuser que travailler, prendre du plaisir que galérer mais au moins avant on acceptait l'idée de bosser avant de s'amuser parce qu'on avait compris que tout passait par là, y compris la satisfaction de nos parents qui peut-être seraient plus enclins à nous faire profiter d'un nouveau plaisir : club de sport, nouveau jouet, vacances... La carotte quoi... Et qu'y avait-il de mal à ça ? Rien, je pense. Aujourd'hui rares sont les parents qui jouent ce jeu là. Au contraire. "Oh, le pov cheri, il a des sales notes, on va lui installer la télé et l'ordi dans sa chambre, ça le consolera.". L'ordi, pour travailler, bien sûr, on n'en doute absolument pas. Si les parents allaient faire un tour dans l'historique internet de leur cher bambin, je suis sûre qu'ils ne trouveraient que des références très érudites, des encyclopédies, des sites culturels (quoi ? j'ai barré un morceau du mot, oui, et alors ?).

    Bref, quand on vient nous dire qu'il est de notre devoir de professionnels de remotiver les élèves, ça me fait marrer... jaune parce que je ne vois pas comment on pourrait y arriver avec la pression extérieure qui fait tout pour qu'ils ne soient absolument pas intéressés par le travail mais par tant et tant d'autres choses indépendantes de notre volonté que nous ne pouvons absolument pas gérer ni maîtriser.
    « Grosse colèreEcriture créative »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 6 Juin 2009 à 22:39
    une fois de plus je te rejoins complètement sur cette vision de l'éducation, du rôle des parents et de l'éducation nationale.
    si les parents eux-même n'accordent plus aucun crédit à l'instruction, comment les enfant pourraient y voir le moindre intéret...
    courage !
    2
    Samedi 6 Juin 2009 à 22:55
    yentl
    Il est bien vrai que la majorité des parents devraient aller à l'école...
    pour apprendre le vrai rôle de parents !
    Bye - Yentl
    3
    Dimanche 7 Juin 2009 à 17:57
    Hazel
    Bonjour,

    Le Hangar (notre blog littéraire) organise un CONCOURS, avec un lot à la clef. Il suffit de nous envoyer via le blog (ou à cette adresse : http://le-hangar.cowblog.fr/contact.html ) votre œuvre, qui peut être une poésie, une courte nouvelle ou un passage de théâtre sans (trop) dépasser les trente lignes; vous avez jusqu’au jeudi 18 juin. Cependant il y a un thème obligatoire: le CORPS. Il est possible d’exploiter tous les sens du mot. A vous de faire preuve d’imagination.
    Le samedi 20 juin, seront publiés dans un article sur le blog les cinq meilleurs textes choisis par notre jury, et à partir de cette date les lecteurs du Hangar pourront voter pour le texte qu’ils préfèrent jusqu’au 4 juillet minuit. Les résultats seront connus le 5 juillet, et le gagnant recevra un prix : un livre de Franz KAFKA - Lettres à Milena.

    Nous espérons te voir participer, tu as jusqu’au 18 juin pour nous faire parvenir ton texte sur « le CORPS ».

    A bientôt, sur le Hangar, http://le-hangar.cowblog.fr [copier/coller le lien dans la barre d’adresse]

    Hazel.
    4
    Dimanche 7 Juin 2009 à 22:29
    Jacques l' Ardéchois
    Comme je te comprends, de par mon travail, pendant de nombreuses années, j'ai subi de plein fouet cet abandon délibéré des parents concernant leurs responsabilités vis à vis de leurs enfants...Tu as raison dans ton analyse, le plus grave dans cette histoire, de nos jours il n'y a plus de fond...
    5
    Thierry
    Dimanche 1er Juillet 2012 à 14:46
    Thierry
    C'est vrai, que beaucoup de parents, ne jouent plus leur rôle "de parent, d'éducateur", ne sont plus respecter par leur(s) enfant(s). Il devrait y avoir, une formation "être parents, devenir parents", afin d'apprendre a se faire respecter et surtout... NE PAS CEDER aux chantages et aux paroles de leur(s) enfant(s)...
    Résultats---> Récompense...
    Pas de résultats, mauvaises notes---> pas de récompense.
    Il ne faut pas, céder à leur(s) caprice(s). Mais, il faut être TOUS LES DEUX, "parents" dans le même objetif.
    Thierry
    6
    Vivien
    Dimanche 1er Juillet 2012 à 14:46
    Vivien
    Tèrs bonne analyse de la démotivation générale de ces quarante dernières années.
    Démotivation des profs : très mal payées (par rapport à ce qu'on leur demande), très mal considérés (par les élèves, par les parents (!), et pire, par leurs propres supérieurs).
    Démotivation des élèves : enfant Roi des années 80, société qui offre beaucoup avec de moins en moins d'effort à fournir, soutien des parents dans leur" jemenfoutisme", culture de ludique perpétuel.
    Démotivation des parents : les FAMEUX parents de l'an 2000 qui sont eux-mêmes des grands-enfants qui ont refusés de grandir, infantiles, irresponsables.

    Un cocktail qui ne peut mener à rien !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :