• C'est les soldes... Si, si, il paraît... Alors, moi, j'arrive toujours après la bataille et il ne reste plus que les grosses daubes qui sont soldées. En même temps, je ne cherche rien de précis... Et donc, aujourd'hui, que vois-je à moitié prix ? Tous les masques anti-grippe A, trop drôle ! Comment ? Les masques ne se seraient pas vendus ? Comme c'est étrange ! Alors maintenant, on peut avoir tout un lot à 4,5 € au lieu de 9... Waow... Alors, vous vous demandez, angoissés, tremblants derrière votre écran si j'ai cédé à la tentation et si je me suis goinfrée de masques anti-grippe A, profitant de l'aubaine et du prix si avantageux... Cet article très tendance aurait dû me conquérir, n'est-il pas ? Eh bien, désolée de vous décevoir mais... non... Il a fallu que je me retienne, certes, mais je n'ai pas cédé !!!

    Non, mais ça me fait rire... On nous a bassiné pendant des mois avec cette foutue grippe. Dans la réalité, il ne s'est pas passé grand chose. Bon, des gens sont morts et c'est bien triste mais malheureusement, tous les ans, des gens meurent de la grippe "normale.".. On nous a mis la pression pour qu'on se fasse vacciner et puis, en fait, rien... Ou pas grand chose en comparaison de ce qui était parfois annoncé. Mais, le plus grave dans cette histoire, je trouve, c'est que si l'an prochain il y a une vraie menace, un truc vraiment super dangereux... genre la grippe de l'écureuil roux, personne ne va y croire... On va tous se souvenir du coup de la grippe du cochon et on prendra la prochaine menace à la légère alors que cette fois-là, peut-être, nous serons vraiment en danger... Alors, si c'est vraiment pour renflouer les labos ou je ne sais quoi... c'était particulièrement débile de crier au loup comme ils l'ont fait parce que désormais, qui pourra prendre ces annonces au sérieux ? Ah, mais pour ne pas perdre complètement la face, les media nous annoncent qu'il va y avoir certainement d'autres pics, peut-être pires que le premier... Ben oui, ils ne vont pas nous expliquer les véritables dessous de cette affaire... mais, en tout cas, je ne trouve pas ça très responsable...

    8 commentaires
  • Roooo la la, je suis en retard pour le thème de la semaine dans "Musique à coeur ouvert"... Mais, encore dans les temps, ouf. Alors, c'est Zaza qui a tenu à nous apporter un peu de chaleur en ces temps glacials (glaciaux ? glacières ? glaciaires ?) en nous proposant de découvrir ou de faire découvrir des chansons ensoleillées. Bon, d'après mes souvenirs, c'est pas ça qui manque...


    Pour commencer, une jolie chanson qui, en français, n'a pas vraiment de rapport avec le soleil mais... le titre original c'est "Seasons in the sun" et ça a été repris avec beaucoup de talent par le groupe Westlife... C'est beau, écoutez...





    Ensuite, mon idole féminine, la magnifique Dalida et son "Soleil soleil"... titre très sympa même s'il ne figurerait pas dans mes préférées de la star... mais c'est quand même Dalida donc... j'aime beaucoup



    Enfin, pour Claude françois, l'homme du soleil, j'avais le choix... "Le lundi au soleil", trop connu, "Toi et le soleil", pas trouvé la version que je voulais, "Vivre de soleil", pas de video... alors, voici une chanson pas très connue que j'aime bien maintenant alors que je l'ai détestée quand j'étais jeune, comme quoi, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis...

     

    14 commentaires
  • Teddy-chat.jpg Cette photo pourrait être une pub, vous ne trouvez pas ? "Zen comme un chat, utilisez le chat !" Les hasards de la photographie... Alors, vous en pensez quoi de mon gros matou bien installé, devinez où ? Oh, c'est pas dur... observez bien l'environnement de la bête ! (et le bazar de la maîtresse... )

    6 commentaires
  • Il n'y a pas longtemps, je voyais sur un site fréquenté par des profs pour des questions ou problèmes divers, un collègue qui disait qu'il avait parfois la désagréable impression de "donner de la confiture aux cochons" lorsqu'il préparait un cours super élaboré et qu'il constatait que les élèves ne retenaient rien, pire encore que souvent les documents qu'il leur avait donnés et qu'il avait mis du temps à préparer étaient froissés, déchirés voire jetés par terre sans aucun respect... "Donner de la confiture aux cochons", que n'avait-il pas osé dire là... Plusieurs autres collègues se sont outrés de cette expression si méprisante à l'égard des élèves. Ils donnaient comme argument qu'on ne pouvait espérer le respect si on n'en a pas soi-même... Ok, mais, se sont-ils demandé si le collègue qui parlait avait commencé à ne pas respecter les élèves AVANT ou APRES plusieurs cours passés dans les conditions que j'ai décrites plus haut ?

    Les enseignants, souvent, sont de grands "naïfs" ou de grands "optimistes"... c'est selon. Ainsi, quand on a débuté, on a tous pensé que les élèves allaient être sympa, respectueux de nous et de notre travail, polis, plus ou moins sérieux, intéressés... On s'est donné du mal, les premiers temps, pour essayer de faire les cours les plus intéressants possibles et puis, on a tous découvert, soit très tôt, soit plus tard, une classe qui n'en avait rien à foutre et pour qui le seul objectif était de démolir le cours... Pour ces classes-là, les premiers temps, on se donne encore plus de mal que pour les autres, souvent et on va chaque soir bosser trois fois plus en espérant que, là, ça marchera, qu'on parviendra à quelque chose... et puis, on constate que rien ne fonctionne, que les heures passées à mettre en forme un cours qu'on pensait génial, sont des heures perdues, du moins pour cette classe-là. On a découvert les photocopies à la poubelle ou en boule derrière le radiateur et on comprend que se donner du mal pour ça, c'est perdre son temps, son énergie et tout ce qui va avec. Alors, oui, on a l'impression d'avoir donné de la confiture aux cochons... Bien sûr... Et qui pourrait affirmer qu'il peut rester motivé et enthousiaste lorsque ça arrive plusieurs semaines de suite, plusieurs mois ou, au pire, plusieurs années ?

    Désabusés, nous pouvons l'être. Et médisants vis à vis de certains élèves odieux,entre nous, nous pouvons l'être aussi. Je veux dire que, de nos jours, un élève peut quasiment insulter un prof sans avoir peur de véritables représailles. L'inverse n'est pas possible. Donc, les moments où on peut s'exprimer sur nos ressentis, nos joies ou nos découragements, c'est principalement avec nos collègues... et si on constate que les dits collègues n'offrent qu'une oreille démagogique et critique, alors c'est la fin. L'une des grandes solitudes de ce métier, ce n'est pas face aux élèves qu'on la ressent le plus profondément, même si on est bien souvent seul contre 28 ou 30 gamins... non, c'est en salle des profs ou en conseil de classe lorsqu'on explique qu'on a des difficultés avec une classe et qu'on entend les collègues affirmer haut et fort que eux n'en ont aucune, absolument aucune et que, si on en a c'est qu'on ne sait pas s'y prendre.

    J'entends parler des suicides dans diverses entreprises à cause de la pression ou de je ne sais quoi. Dans l'éducation nationale aussi, des suicides, il y en a et quand on en parle, on finit par dire que la personne avait par ailleurs des difficultés personnelles. Facile. Il ne faut surtout pas sous-entendre que c'est le comportement des élèves ou parfois des collègues qui a améné à ce geste fatal... Et pourtant...

    Lors de ma première année d'enseignement, j'ai hésité tous les soirs entre la démission et le suicide. Je n'ai fait ni l'un ni l'autre... J'étais trop mal pour prendre une décision adminsitrative mais pas assez pour abandonner ma mère. Donc, j'ai tenu le coup. L'année suivante, je me suis juré que plus jamais les élèves ne me mettraient dans un état pareil, que je saurai toujours prendre assez de recul pour ne plus avoir ces idées-là... Et, prendre du recul c'est aussi pouvoir, de temps en temps, "taper" sur les élèves en privé, en dehors de leur présence, entre collègues. Ça ne porte pas à conséquence mais au moins, ça fait du bien... On finit parfois par en rire et la pression diminue... au moins un peu. Alors, tous ces profs démago, j'espère qu'un jour ils auront une classe ingérable, le genre qui décide d'amener ses profs au suicide et on verra s'ils critiqueront toujours une expression comme "donner de la confiture aux cochons" qui n'est finalement pas si odieuse que ça si on la compare avec les mots ou même les actes dont sont capables certains gamins.

    4 commentaires
  • mentalist.jpg Totalement convaincue je suis par la nouvelle série de TF1 qui a débuté mercredi soir... Simon Baker, alias Patrick Jane, est the Mentalist. On n'est pas tout à fait dans l'univers fantastique des mediums et autre "profilers" mais on a affaire à un policier extrêmement psychologue et observateur qui n'hésite pas à poser les questions qu'il faut au moment le plus incongru de façon à voir les réactions des interrogés. Par exemple, au tout début du premier épisode, il se précipite sur un père de famille dont la fille a été tuée et, sans prendre de gants, il lui demande s'il est bien l'assassin de sa propre fille. La femme observe la réaction de son mari et comprend qu'il est coupable.

     Manipulateur et perspicace, Patrick Jane déroute et démasque les criminels plus vite que son ombre. Avec un magnifique petit sourire un peu ironique constamment accroché à son beau visage, ce superbe blond n'est pourtant pas aussi froid et sarcastique qu'il n'y paraît... Il a en effet vécu un drame qu'il tente de dissimuler de son mieux... Au fil des épisodes, on lui découvre donc un côté de plus en plus humain et touchant...

    Bref, je suis conquise, j'adore et j'ai vraiment hâte à mercredi prochain pour pouvoir suivre d'autres épisodes. Le seul truc que je ne comprends pas c'est la raison pour laquelle les chaînes diffusent désormais les séries dans le désordre... Bizarre autant qu'étrange... mais bon, tant qu'on me laisse regarder mon beau blond ma nouvelle série fétiche, je ne dis rien... je me régale, c'est tout...


    ps : pour ceux qui auraient loupé les premiers épisodes diffusés, pendant quelques jours encore, on peut les voir à cette adresse

    9 commentaires