• deux-jours-a-tuer.jpgOn apprend aux enfants qu'il faut toujours dire la vérité, que le mensonge, c'est pas bien, pas bien du tout... Pourtant, que serait le monde si nous appliquions cette règle du "toujours vrai" ? On en a eu un aperçu hier soir avec le film (excellent d'ailleurs) de Jean Becker, "Deux Jours A Tuer" qui passait sur France 2. Le héros, incarné par Albert Dupontel, pour une raison qu'on découvre à la fin, se met soudain à dire tout ce qu'il pense à son entourage... Finies les hypocrisies, les faux-semblants, les sourires factices, les courbettes de complaisance... Il balance tout et ça fait très très mal !

     

    Dire la vérité, tout le temps, à tout le monde est impossible. On ne pourrait plus cohabiter... A croire que l'être humain a besoin de son écran de mensonges et d'hypocrisies autant que de l'oxygène qu'il respire... Et après, on va se targuer d'être toujours sincère... C'est impossible en société... Et, quand on y réfléchit, c'est impossible aussi avec soi-même parce qu'on ne se regarde pas en face et on ne connaît jamais sa vérité... C'est justement lorsque les autres nous la crachent à la figure qu'on se rend compte à quel point elle peut être douloureuse...Alors, on se tait, on fait semblant, autant pour se protéger soi-même que pour protéger les autres.

     

    Il y a plusieurs scènes vraiment géniales dans ce film qui laisse songeur...

    « Gaffe à la prof...Liane Foly - Toujours Autant Besoin d'Amour »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 9 Novembre 2010 à 01:02
    z...

    Les enfants se rendent compte très jeune que toute vérité n'est pas bonne à dire. Je m'en suis aperçu avec ma fille lorsqu'elle me parle de l'amoureux de sa maman...

    Je n'ai pas vu ce film. Il passait ce soir ? 

    2
    Mardi 9 Novembre 2010 à 13:08
    Yentl

    Je n'ai pas regardé ce film mais je suis tellement d'accord avec ton article... impossible d'être sincère avec tout le monde ni même avec soi...

    Gros bisous

    Yentl

    3
    Mardi 9 Novembre 2010 à 23:22
    Armide+Pistol

    Nous avons vu ce film ensemble hier à la télévision.

    Nous sommes parfois pris de doutes face à nos réalisations, au sens de notre vie. Ce sont des moments solitaires de vulnérabilité.

    Le monde nous ordonne de nous taire, pour pouvoir survivre, de ne pas déranger pour ne pas être dérangés.

    Mais la vérité nous ratteape souvent...dans l'intimité de nos réflexions.

    4
    Mercredi 10 Novembre 2010 à 07:37
    zaza67

    J(ai vu le film, suoer !

    On a adoré le film avec mon homme, on étais mort de rire au début avec tout ce qui balance !

    Mais par contre très très touché par la fin , un film magnifique et un Dupontel exceptionnel !

    Bisous à toi

    5
    Jeudi 11 Novembre 2010 à 22:10
    le majeur

    très bon film c'est vrai. la scène du repas entre amis est particulièrement réussie...

    c'est vrai qu'on ne peut pas toujours dire ce qu'on pense et pourtant, ce n'est pas l'envie qui manque parfois...

    6
    ComtesseÔpiednu
    Dimanche 1er Juillet 2012 à 14:43
    ComtesseÔpiednu

    Suite :

     

    Règle N°6 : Comment se faire rejeter et perdre toute estime de soi: en violant toutes ces règles (non exhaustives)

     

    C’est tout il me semble... 

    Sincèrement

    7
    ComtesseÔpiednu
    Dimanche 1er Juillet 2012 à 14:43
    ComtesseÔpiednu

    Bonsoir,

     

    Quel dommage, j’aime bien le thème et j’ai raté le film !

     

    « Dire la vérité, tout le temps, à tout le monde est impossible. On ne pourrait plus cohabiter... A croire que l'être humain a besoin de son écran de mensonges et d'hypocrisies autant que de l'oxygène qu'il respire ... »

     

    En fait je ne parlerais pas de vérité car qui sommes-nous pour penser croire qu’on la détient cette vérité ? On a nos certitudes, nos crédo, nos système de pensée qui automatiquement entrent en conflit avec ceux des autres. 

     

    Ne pas toujours dire ce qu’on pense ne signifie pas pour autant être hypocrite. Quant à la sincérité, elle  peut être parfois préjudiciable. Tout est donc à géométrie variable. 

     

    Ce n’est donc pas pour rien que l’homme a mis en place la politesse.

    En fait la politesse est un code de "bonne conduite" en société, code qui peut changer du reste, en fonction des pays et des époques.

     

    On apprend la politesse à l'enfant très tôt alors que pour lui cela n'a aucun sens. Pourquoi dire bonjour, merci, comment vas-tu ? On va donc lui apprendre la politesse, le conditionner afin qu'il se soucie (en apparence) de l'autre.

    Ensuite vient la morale car si la politesse n'est pas une vertu elle est l'étape pour y arriver, avec le respect entre autres...

    C’est exactement ce qu’illustre « Le Petit Traité des grandes vertus »  d’André Comte Sponville.

     

    J’ai établi une liste dans l’art de côtoyer autrui et je l’ai très souvent observée dans les forums de discussion par exemple où les échanges virulents partaient souvent en rase motte.   

     

    Le savoir vivre :

     

    Règle N°1 : La politesse (comme la politique), c'est l'art de vivre ensemble, certains philosophes disent que c'est la première des hypocrisies, puisqu'on fait semblant de passer après l'autre. Peu importe puisque souvent en société rien ne compte autant que de sauver les apparences (et de ne pas perdre la face).

    Parfois la politesse "tue", mais c'est tuer avec courtoisie, ce qui rend son exercice assez subtil.  Généralement on contourne la difficulté en s'essayant à l'ironie ou de manière plus mesquine au persiflage.

     

    Règle N°2 : Ne pas arriver en territoire conquis, cela fait très mauvais effet que de s'inviter alors que l'on n'est pas attendu. Savoir que l'on ne l'est jamais.

     

    Règle N°3 :  Ne jamais prendre le groupe à rebrousse poil, ce n'est jamais agréable même pour les animaux de se faire caresser à l'envers. Ne pas faire acte d'allégeance non plus : trop servile.

     

    Règle N°4 : Savoir abandonner quand les discussions "partent en vrille" et qu'en face de soi on trouve quelqu'un qui veut avoir le dernier mot afin de valider l'expression "le dernier ayant parlé a raison". Lui laisser le dernier mot à tort ou à raison puisqu'il (elle) y tient tant. C'est être bon prince, ou fair play.

     

    Règle N°5 : Pendre le recul nécessaire quand sa personne est attaquée, cela arrivera forcément. Ne pas prendre à la Lettre, toutes celles que l'on lit. 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :